Logement : le rapport accablant de la Fondation Abbé Pierre

Publié par Quentin Bas Lorant le 02/02/2022 à 17:58 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

C’est un rapport accablant sur le mal-logement en France que vient de délivrer la fondation Abbé Pierre. À quelques semaines de l’élection présidentielle, cette 27ᵉ édition a pour mission d’interpeller les candidats à la magistrature suprême, mais aussi de tirer au clair les conséquences de la crise sanitaire sur la crise du logement.

Les chiffres clés du rapport de la Fondation Abbé Pierre

  • En France 4,1 millions de personnes sont non ou mal logées.
  • Le nombre de personnes sans domicile a doublé depuis 2012 et s’élève désormais à au moins 300 000 personnes.
  • Le 6 décembre 2021 : près de 4 000 personnes ont appelé le 115, mais n’ont pas pu être hébergées par manque de places d’hébergement d’urgence disponibles.
  • Selon le travail de terrain de la Fondation, 80% des personnes sans domicile fixe rencontrées ne composent pas le 115.
  • Le nombre d’expulsions des lieux de vie informels (bidonvilles, squats, etc.) atteint un record : 1 330 expulsions sur un an (entre le 1er novembre 2020 et le 31 octobre 2021). 64% de ces expulsions ont eu lieu pendant la trêve hivernale.
  • La production de logements sociaux est en baisse constante depuis le début du quinquennat (2017), avec 87 000 agréments en 2020. 
  • Le prix des logements est en hausse de 154% sur 20 ans.
  • Le nombre de ménages demandeurs de HLM s’élève à 2,2 millions.

Sur plusieurs aspects, la Fondation Abbé Pierre pointe du doigt la politique du gouvernement en place, ainsi que la gestion des conséquences de la crise sanitaire sur les plus précaires. En témoignent les coupes dans les APL (Aides personnalisées au logement) et la baise de l’investissement dans les logements sociaux.

baisse-apl-graph-fondation-abbe-pierreSource : Fondation Abbé Pierre

financement-logements-sociaux-graph

Source : Fondation Abbé Pierre

Les préconisations de la Fondation

Pour résoudre la crise en cours du mal-logement, la Fondation préconise plusieurs actions auprès des candidats à la présidence de la République. Paradoxalement, certaines ont déjà été entreprises sous la majorité en place, mais sans être suffisamment poussées. 

C’est notamment le cas de l’objectif d’éradication des passoires énergétiques. La loi Climat et résilience, votée l’année dernière, entérine l’interdiction de mettre en location les logements classés F et G.

La Fondation préconise également la rénovation des 5 millions de passoires thermiques. Chantier qui doit être entrepris par MaPrimeRénov’, mais le dispositif reste encore inconnu de nombreux Français et particulièrement des plus précaires. D’où le lancement le mois dernier d’une nouvelle plateforme pour rendre plus simple son obtention.

Encadrement des loyers et régulation d'Airbnb

Enfin, le rapport met par ailleurs en lumière les politiques positives appliquées par certaines municipalités, tout en invitant à les généraliser. Est spécifiquement cité l’encadrement des loyers, qui commence à faire ses preuves à Paris, Lille, Lyon et bientôt à Montpellier et Bordeaux.

De même, l’action de la municipalité parisienne en place peut être vantée pour son encadrement de l’activité de plateformes comme Airbnb. Les sanctions et autres quotas, ainsi que la crise sanitaire, ont réduit le nombre de biens mis en location pour de très courtes durées, et les loyers comment à baisser dans la capitale.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES