Sécheresse : un risque majeur sur le pouvoir d'achat

Publié par La rédaction d'Assurland le 26/05/2022 à 08:01 , Mis à jour le 23/11/2022 à 14:12

L’intégralité du territoire français est menacée par un risque de sécheresse cet été. Au-delà de l’inconfort, cet aléa pèse également lourdement sur le pouvoir d’achat des particuliers, qui voient en conséquence leurs cotisations d’assurance habitation augmenter fortement. À moyen terme, si les épisodes se répètent et gagnent en intensité, ils pourraient aussi tout simplement ne plus être assurés, et assumer seuls le coût des dégâts. 

Toute la France menacée par la sécheresse cet été

Comme le révélait en carte le ministère de la Transition écologique la semaine dernière, aucune zone géographique n’est certaine d’échapper au manque d’eau cet été en France. Le manque de précipitation et les records de température risquent bien de contribuer à de nombreux nouveaux épisodes de sécheresse. Mais ce fléau menace également le pouvoir d’achat des Français.

En premier lieu, il y a les conséquences financières directes de la sécheresse. Pour les agriculteurs, l’été qui vient s’annonce une nouvelle fois délétère pour les récoltes, et le phénomène ne cesse de s’aggraver. Début avril, une étude montrait par exemple que les pertes liées aux épisodes de canicules et de sécheresses ont triplé ces cinquante dernières années en Europe (depuis 1964).

Des conséquences directes sur le pouvoir d'achat

Pour les particuliers, ce sont davantage les logements qui sont menacés par les chaleurs extrêmes. Les problèmes de sécheresse ou de réhydratation des sols peuvent en effet provoquer un déplacement des fondations. Un glissement de terrain qui peut occasionner au mieux des fissures, au pire un effondrement du bâti.

Ce type de sinistre est celui qui coûte actuellement le plus cher au régime d’indemnisation des catastrophes naturelles : selon les données de la Cour des comptes, la sécheresse représente 36% de la sinistralité du régime depuis 1989 et 15 milliards d’euros d’indemnisation sur la même période. Une facture tellement élevée que l’institution de la rue Cambon réfléchissait en début d’année à sortir la sécheresse du régime cat nat.

Plus qu’un autre, l’aléa sécheresse risque en effet de peser sur les comptes du régime dans les années à venir : le groupe mutualiste Covéa prévoyait une hausse de la sinistralité de +60% d’ici à 2050. Selon France Assureurs, la facture sécheresse sera de 43 milliards d’euros au même horizon.

Les conséquences financières indirectes de la sécheresse

À moyen terme, les poussées de mercure risquent donc aussi d’avoir un effet indirect dramatique sur le pouvoir d’achat des Français. D’abord, leurs cotisations d’assurance habitation risquent fortement d’augmenter : si le coût du sinistre augmente, les tarifs devront logiquement suivre pour pouvoir les couvrir.

En réalité, ce phénomène se constate déjà depuis dix ans : les cotisations d’assurance habitation ont augmenté de 33% depuis 2010, et grignotent le pouvoir d’achat des Français. Les régions du Sud-Est, particulièrement exposées aux aléas météorologiques (sécheresse, épisodes cévenols…), affichent d’ailleurs les augmentations les plus importantes, avec respectivement + 33,3% et + 40,6% en PACA et Occitanie.

Dans un second temps, les particuliers courent aussi le risque de tout simplement ne plus être assurés. Quand un aléa devient trop prévisible et trop coûteux, les assureurs se retirent des zones exposées, car il n’est plus possible d’assurer toutes les personnes qui en ont besoin à un tarif acceptable. 

Cela se remarque déjà en Californie, dans certaines régions très exposées aux incendies, où les assureurs ne sont plus en mesure de couvrir le risque. En cas de sinistre, les particuliers, non-assurés, doivent donc s’acquitter seuls de la très lourde facture des dégâts. 

Pour se prémunir de ces risques sur le pouvoir d’achat, plusieurs solutions restent envisagées, comme le renforcement de la prévention ou l’augmentation des fonds octroyés au régime cat nat. Pour les particuliers, pour éviter les hausses de cotisation déjà à l’œuvre, le plus simple est de mettre régulièrement en concurrence son contrat d’assurances habitation à l’aide d’un comparateur en ligne.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES