Stationnement : les Parisiens à l'assaut des scooters électriques

Publié par Jordan Hervieux le 03/10/2022 à 14:47 , Mis à jour le 30/11/2022 à 08:37

Après la mise en vigueur du stationnement payant des deux-roues à Paris, de nombreux Parisiens se sont mis en quête d’un deux-roues électrique. Si les ventes de ces modèles non soumis au paiement du stationnement explosent, des pénuries sont à prévoir.

Une explosion de la demande 

Depuis le 1er septembre, seuls les deux-roues électriques sont exonérés du stationnement dans la capitale. Une situation qui pourrait s’appliquer dans d’autres grandes villes françaises dans les mois à venir.

À Nantes et à Montpellier entre autres les mairies réfléchissent à interdire le parking pour les deux-roues thermiques, ou le rendre payant, pour des raisons sonores et environnementales” explique Grégory Coillot à 20minutes, PDG et fondateur de Volt, une start-up spécialisée en véhicules électriques.

Pour éviter le règlement du stationnement, nombreux sont les Franciliens qui ont opté pour un deux-roues électrique.

Dès le mois de janvier de cette année, ils s’étaient rué vers les concessionnaires afin d’acheter leurs véhicules, mais la mesure avait finalement été décalée de janvier 2022 à septembre 2022. “Les clients sont donc venus annuler leur achat et ont indiqué qu’ils reviendraient l’été suivant” indique Emmanuel Combelles, PDG et fondateur de GreenMotorShop. Effectivement, c’est durant l’année que les conducteurs de deux-roues ont commencé à prendre leurs dispositions.

On a été surpris par l’accélération soudaine des ventes, que l’on aurait pensée plus progressive“ confie Grégory Coillot. Une accélération qui a connu un pic “durant les congés d’été, en juin/juillet” d’après Emmmanuel Combelles. Selon le PDG de Volt, les ventes ont été “multipliées par 5 ou 6” et ce serait plus de 100 000 deux-roues électriques qui auraient été immatriculés dans l’année. Du côté des constructeurs, le constat est le même. Président de RoulezEcolo, Aubry Noirjean déclare “nos ventes ont augmenté de 100 %”.

Des approvisionnements au ralenti 

Néanmoins avec autant de véhicules électriques vendus, les stocks s'amoindrissent, voire sont en rupture de stock. “Cela concerne 40 % des références que nous proposons” indique Emmanuel Combelles. Si certains constructeurs arrivent à satisfaire la demande comme Niu, d’autres comme Super Coco peinent à tenir la cadence.

Pour la marque RoulezEcolo, “les modèles phares sont en précommande, car les pénuries sont régulières”. Pour leurs concurrents Easy-Watts, le directeur commercial Pierre Hinault assure “nous avons une relation directe avec l’usine, nous ne sommes pas inquiets”. 

Des délais plus longs et des prix en hausse

En plus de l’augmentation des ventes cette année, un des plus gros problèmes est la lenteur des réapprovisionnements. “Il faut compter 3 à 4 mois à partir de la commande” informe Grégory Coillot. Pierre Hinault pour sa part explique que les délais de livraison à rallonge sont dus à “la pénurie de composants, l’accélération du transport maritime et la place au sol que prennent les scooters une fois arrivés dans l'entrepôt. Aucun professionnel du secteur ne peut stocker autant”.

Avec la hausse des prix du transport maritime et le manque de matières premières, le prix de ces véhicules a lui aussi augmenté. Selon Aubry Noirjean, “même si on essaye de les stabiliser, nos tarifs ont augmenté de 20 % depuis 2021". 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance moto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

LES PROFILS DE MOTARDS