Les prix des appartements neufs ont augmenté de 7 % en un an

Publié par Théophile Robert le 24/05/2022 à 11:51 , Mis à jour le 30/11/2022 à 08:43

Les volumes de ventes diminuent dans l'immobilier, mais les prix ne baissent pas. Pour les appartements neufs situés dans les communes de plus de 45 000 habitants, la hausse est même sensible, à 7 % sur un an, d'après le Laboratoire de l'immobilier.

Les appartements neufs sont de plus en plus chers

En un an seulement (de mai 2021 à mai 2022), le prix moyen du mètre carré pour un appartement neuf dans une commune de plus de 45 000 habitants a augmenté de 7 % en moyenne. Le prix est monté de 4 900 euros à 5 250 euros au m². Ainsi, un appartement neuf de 50 m² dans ces communes est passé de 245 000 euros à 262 500 euros.

D'un point de vue géographique, les prix ont connu une hausse de -6,1 % dans les quinze villes françaises les plus peuplées. « L'attrait des ménages pour les villes moyennes ne s'est donc pas traduit par une hausse des prix dans les principales métropoles régionales, mais par un léger ralentissement de la hausse », analyse le Laboratoire de l'immobilier.

Une inflation causée par les crises et la norme RE2020

Cette inflation trouve son origine dans plusieurs facteurs. Premièrement, on trouve les difficultés d'approvisionnement, notamment en raison du Covid et du conflit russo-ukrainien. Viennent ensuite la hausse des prix des matériaux et de l'énergie, toujours pour les mêmes raisons. « Les prix des matériaux utilisés pour la construction ont augmenté entre 7 et 12 % depuis un an. Les difficultés d'approvisionnement nées de la pandémie de Covid-19 ont été aggravées par la guerre en Ukraine », allègue Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du management des services immobiliers (IMSI).

Autre cause de cette augmentation des prix : l'entrée en vigueur de la norme RE2020, la nouvelle réglementation environnementale concernant les bâtiments neufs. Cette nouvelle norme, en vigueur depuis le 1er janvier dernier, instaure notamment l'obligation pour les bâtiments neufs de produire plus d'énergie qu'ils n'en consomment. Une restriction assez sévère et complexe à mettre en œuvre.

« Cette nouvelle norme, qui succède à la RT2012, est […] plus vertueuse mais aussi plus coûteuse. Les effets de sa mise en œuvre sur les prix du neuf ne sont pas encore pleinement visibles ; ils commenceront à se faire sentir dans le courant du semestre 2022, lorsque les opérations autorisées en début d'année seront commercialisées », détaille au sein de l'étude Franck Vignaud, directeur du Laboratoire de l'immobilier.

Les terrains à construire sont également très onéreux

De surcroît, la construction d'appartements stagne depuis le début de la crise de Covid-19. Le Laboratoire de l'immobilier observe que les obtentions de permis de construire pour les appartements n'évoluent pas, ce qui maintient une tension sur les prix.

Il faut ajouter que les prix des terrains n'aident pas. D'après Henry Buzy-Cazaux, les terrains peuvent représenter jusqu'à 35 % du coût total d'une construction pour une zone non-tendue, et 60 % dans une zone tendue.

Mais d'après lui, le nouveau gouvernement pourrait tenter d'amoindrir les conséquences de cette inflation, notamment en réduisant le montant de la TVA sur les constructions, qui est normalement de 20 %. « Il faudrait également faire en sorte que les prix des terrains baissent, notamment en modifiant temporairement le mécanisme de taxation des plus-values, qui incite les propriétaires à conserver le plus longtemps possible leurs terrains », ajoute-t-il.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES