Comparez gratuitement les assurances auto

Climat : le rapport du Giec tire la sonnette d'alarme

01 mars 2022 Astrid Verdun 206 vues

ASSURANCE AUTO Comparez gratuitement

Le lundi 28 février, le Giec a publié le deuxième volet de son dernier rapport. Les experts demandent une fois de plus aux dirigeants et aux citoyens d’agir pour ralentir les effets du réchauffement climatique, face au danger de plus en plus imminent. 

De terribles mises en garde sur les conséquences de notre inaction

Le Giec, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat formé par 270 scientifiques du monde entier, a été mandaté par l’ONU pour établir ce sixième rapport sur l’état de notre planète. Lors de sa mise à disposition, Hoesung Lee, président du Giec, a déclaré qu’il “est un avertissement terrible au sujet des conséquences de l’inaction”.

Les risques et les menaces du réchauffement climatique s’intensifient comme les déplacements des populations et des espèces, les canicules extrêmes et les submersion des villes littorales. Des répercussions sont déjà perceptibles, voire déjà le quotidien de beaucoup d’êtres humains. D’après Le Monde, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est exclamé : “J’ai vu de nombreux rapports scientifiques dans ma vie, mais rien de comparable à celui-ci”. Selon le rapport sur lequel il s’appuie, “près de la moitié de l’humanité vit dans la zone de danger, maintenant. De nombreux écosystèmes ont atteint le point de non-retour, maintenant. Les faits sont indéniables”.

Le changement reste possible pour éviter le point de non retour ; il passe par de vraies actions radicales dans le domaine de la protection de la nature et des écosystèmes, mais aussi par une diminution des émissions de gaz à effet de serre et par la transition énergétique, d’après Courrier international.

Changement climatique : focus sur la France et ses DOM-TOM

Le rapport détaille région par région les impacts du changement climatique, l’occasion pour France Info de se pencher sur ses conséquences chez nous. Si le réchauffement se poursuit au-delà de 1,5°C, quatre risques ont été identifiés en France hexagonale :

  • la chaleur : le doublement ou triplement de la mortalité dûe aux canicules, l’augmentation des feux de forêt ;
  • les pertes agricoles liées à la sécheresse et à la chaleur, qui ne pourront pas être compensées par la production d’Europe du Nord
  • le manque d'eau : de l'Aquitaine aux Alpes du Sud, plus d'un tiers de la population risque de manquer d'eau à partir de 2°C de réchauffement ;
  • les inondations et la montée des eaux : sans changement, les dégâts provoqués par les inondations côtières vont être "multipliés par 10 à la fin du XXIe siècle".

Quant aux départements d'outre-mer insulaires, des impacts très forts ont déjà été notés comme les vagues de chaleur, les cyclones tropicaux plus intenses, la montée du niveau de la mer, les écosystèmes menacés, notamment les récifs de coraux, et l’apparition d’espèces invasives… De même qu’en Guyane, où la forêt amazonienne subit déjà les sécheresses qui ont de fortes conséquences sur sa productivité.

Rappelons qu’à l'heure actuelle, les promesses des Etats, pas encore tenues, conduisent vers un réchauffement de 2,7°C en 2100... Ce qui serait tout de même dévastateur pour l’humanité.

bloc-cta-car
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !