• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Actualité Direct Assurance

Direct Assurance s'attend à de bons chiffres pour 2012

Publié par le , Mis à jour le 08/11/2012 à 11:24

Filiale de vente directe du groupe AXA, Direct Assurance a dévoilé ses prévisions pour l’année en cours. Alors qu’il souffle en 2012 sa vingtième bougie, l’assureur direct devrait réaliser une année meilleure que la précédente marquée notamment par une hausse de 38 % du nombre de ses nouveaux clients.

Une croissance attendue

2012, un bon cru pour Direct Assurance ? La réponse est affirmative si l’on en croit les prévisions de la filiale de vente directe du groupe AXA.

Alors que son chiffre d’affaires a augmenté de près de 6 % l’année dernière pour atteindre 287 millions d’euros, Yves Masson, PDG de Direct Assurance fraîchement remplacé, prédit que l'année va s’achever sur une croissance de « l’ordre du double, voire plus » avec des « résultats techniques nettement inférieurs à 100 % ».

Alors que Godefroy de Colombe vient de prendre sa place, c’est une croissance de 11 % qui est attendue pour 2012. Un chiffre en phase avec les objectifs annuels fixés pour toutes les activités de vente directe d’AXA.

Et Godefroy de Colombe de considérer que ces performances résultent « en majorité des effets de volume, alors qu’auparavant, la croissance était principalement tirée par les hausses tarifaires ».

Un marché devenu mature

Avec un bond de 38 % du nombre de ses nouveaux clients au premier semestre 2012, Direct Assurance ne profite pas seulement d’une révision de ses méthodes, il bénéficie aussi d’évolutions favorables du marché.

Bien qu’assez confidentielle en France - 3 % seulement du marché de l’assurance - la vente directe semble promise à un brillant avenir. Un récent sondage Ifop commandé par Direct Assurance révèle en effet que près d’un quart des cyberconsommateurs a déjà acquis un produit financier sur Internet et la moitié d’entre eux ne verrait pas le moindre inconvénient à souscrire une assurance par Internet et téléphone uniquement.

Pourquoi ? Parce que 62 % des sondés considèrent que ces acteurs offrent des garanties équivalentes, sinon meilleures (11 %), par rapport à celles proposées par les « acteurs traditionnels » du marché. Godefroy de Colombe y voit un « signe de maturité du marché ».

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES