• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Actualité Generali

Generali : des primes collectées en hausse de 3,8 %

Publié par le , Mis à jour le 08/12/2014 à 17:03
Des chiffres pour rassurer l’actionnariat
À l’instar de nombre de ses concurrents, le groupe italien Generali a dévoilé ses résultats financiers pour l’année 2010
L’on apprend ainsi que le groupe d’assurances a enregistré 73 milliards d’euros de primes collectées, ce qui représente une hausse de 3,8 % par rapport au précédent exercice fiscal.
Dans le détail, cette croissance s’élève à 4,5 % pour l’assurance vie et à 2,1 % pour la division dommages. Ces bons chiffres résultent des performances réalisées en Italie (+6,8%), en Europe de l’Est (+5,6%), en Allemagne (+12,5%) et en Chine (+44,7%). Seule ombre au tableau, la baisse enregistrée en France avec un recul de 7,9 % en assurance vie. Une contreperformance compensée par la branche dommages qui affiche le meilleur score en Europe avec une hausse estimée à 3,6 %.
Hasard du calendrier, ces chiffres tombent au moment où Generali doit faire face à la fronde d’une partie de ses actionnaires.
Des tensions au sein du Conseil d’administration
Dans le viseur des actionnaires, le président du groupe, Cesare Geronzi.
En réaction à cette agitation, le groupe a fait savoir que les décisions relatives à ses participations stratégiques seront désormais du ressort de la direction générale assumée par Giovanni Perissinotto.
Mais, cela n’a semble-t-il pas suffi à calmer ces tensions. Un administrateur réclame ni plus ni moins que la démission de Cesare Geronzi. En fait, le groupe ne s’est pas remis du départ d’Antoine Bernheim en avril 2010 remplacé par son successeur contesté.
Cette crise de gouvernance a atteint un pic le 16 février dernier suite aux déclarations de Cesare Geronzi qui a évoqué dans la presse une stratégie non ratifiée par les membres du Conseil d’administration de Generali. Il a ainsi confié : « Notre objectif fondamental est d’investir en Amérique latine à côté d’autres opportunités que nous évaluons » causant le départ du Conseil d’administration de Leonardo Del Vecchio, patron du groupe de lunettes Luxottica, qui a lâché en partant : « Je me rends compte que ma contribution n’a pas d’incidence sur les choix stratégiques de cette entreprise ». 
Un départ qui devait en appeler un autre. Le 27 février, Diego Della Valle, un autre administrateur, quittait à son tour le Conseil d’administration en n’oubliant pas d’égratigner au passage le président du groupe : « M. Geronzi doit prendre acte du fait que le monde et ses conditions ont changé et qu’il n’y a plus de place pour celui qui s’occupe davantage de son monde à soi et de ses relations personnelles, que des intérêts réels de la société qu’il représente ».
 
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES