Actualité Malakoff Médéric

Malakoff Médéric Humanis dévoile les résultats de la 11e édition du Baromètre Santé et qualité de vie au travail

Publié par le

Quels sont les enseignements du Baromètre Santé et qualité de vie au travail 2019 ?

A l’heure où l’on réfléchit à une organisation du système de prévention et de santé au travail, Malakoff Médéric Humanis dévoile l’édition 2019 de son Baromètre Santé et qualité de vie au travail. Il est notamment question des évolutions récemment enregistrées en ce qui concerne les conditions de travail, les pratiques managériales ou encore la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Une accélération du rythme de travail

Riche de nombreux enseignements, le nouveau Baromètre Santé et qualité de vie au travail de Malakoff Médéric Humanis laisse apparaître la satisfaction des salariés s’agissant de leur qualité de vie au travail (QVT). Ainsi, 73 % d’entre eux se disent satisfaits et, à y regarder de plus près, 77 % disent trouver un sens à leur travail, 56 % considèrent que leur entreprise s’occupe de leur bien-être et enfin 81 % évoquent une bonne entente sur leur lieu de travail.

Alors que l’on constate actuellement une accélération du rythme de travail - un constat dressé par près de la moitié des salariés (ndlr : 46 %) - doublée d’une difficile conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle (36 %), les chiffres précitées témoignent de la capacité des salariés à s’adapter au changement. Une aptitude évoquée par 92 % d’entre eux. Ils témoignent aussi de la force du collectif et de l’efficacité des mécanismes déployés au sein de l’entreprise dont l’investissement sur ces problématiques de même qu’en faveur de l’accompagnement de la transformation semble aujourd’hui plus important.

En ce qui concerne le rythme de travail, près de la moitié des salariés interrogés (ndlr : 46 %) évoque une accélération dudit rythme contre 44 % l’année dernière et 41 % en 2015. De plus, un tiers des salariés estime que l’activité de l’entreprise s’est accélérée (+7 points par rapport à 2018) et 53 % des salariés disent avoir vécu au moins un chargement organisationnel ou un changement imposé de poste ou de métier pour lequel seule la moitié d’entre eux ont pu bénéficier d’un accompagnement.

Les salariés plébiscitent les horaires plus souples

Lorsqu’il s’agit de concilier leur vie professionnelle avec d’autres engagements, 36 % des employés disent éprouver des difficultés. D’ailleurs, ces dernières apparaissent davantage marquées chez les jeunes - 41 % des moins de 30 ans en font état - les cadres (43 %) ainsi que les managers (46 %). Sans surprise, cette conciliation s’avère plus complexe pour les salariés aidants qui représentent 19 % du total des salariés.

Depuis 2016, l’empiètement du travail sur la vie personnelle s’avère assez stable pour tous les salariés mais il est davantage marqué pour les cadres :

  • la consultation régulière des mails professionnels le soir ou le week-end est évoquée par 32 % des salariés et 52 % des cadres,
  • le travail à domicile et en dehors des heures de travail s’avère de plus en plus fréquent pour 23 % des salariés et 38 % des cadres,  
  • 44 % des salariés et 57 % des cadres demeurent joignables même pendant leurs congés.

Afin de mieux concilier la vie professionnelle et la vie personnelle, les salariés évoquent leurs préférences :

  • les horaires plus souples (47 %),
  • une réduction du temps de travail (31 %),
  • une meilleure adéquation des objectifs avec les ressources dont ils disposent (26 %),
  • le télétravail (25 %).
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES