Actualité Malakoff Médéric

Malakoff Médéric présente le nouveau Baromètre santé et qualité de vie au travail

Publié par le , Mis à jour le 20/09/2018 à 11:29
96 vues 1 réaction Note

Baromètre santé et QVT 2018 : améliorations et risques émergents

Acteur majeur de la protection sociale complémentaire, Malakoff Médéric dévoile aujourd’hui la nouvelle édition de son Baromètre santé et qualité de vie au travail (QVT). Il en ressort notamment qu’en 2018, les salariés se sentent mieux qu’en 2008 et ils sont de plus en plus satisfaits de leur QVT. Présentation.

La QVT progresse nettement

Cette année, 73 % des salariés se disent satisfaits de leur QVT et plus de la moitié d’entre eux (ndlr : 60 %) confient se sentir mieux dans leur travail par rapport à il y a 10 ans.

C’est dans les petites entreprises que la QVT apparaît comme étant la plus satisfaisante. Ainsi, 45 % des salariés lui décernent une note oscillant entre 8 et 10 dans les très petites entreprises (TPE). Une telle note n’est accordée que par 33 % des salariés de grands groupes comptant plus de 5 000 salariés.

Pour expliquer cette satisfaction, différentes pistes sont évoquées :

  • Un travail moins pénible à l’exception des ouvriers qui, pour 80 % d’entre eux, considèrent leur travail comme physiquement fatigant,
  • Une confiance dans leur situation professionnelle évoquée par 73 % des salariés interrogés (+9 points par rapport à 2012),
  • Une meilleure préservation de la santé avec 74 % des collaborateurs qui pensent prendre les bonnes décisions pour entretenir leur santé (+6 points par rapport à 2009).

Des risques existent toujours

Si la QVT a nettement progressé au sein des entreprises françaises, le 10e Baromètre santé et qualité de vie au travail de Malakoff Médéric met également en lumière certains risques qui ont émergé au cours de la décennie écoulée.

Tout d’abord, l’équilibre vie privée - vie professionnelle apparaît fragilisé. Ainsi, en 2018, 35 % des salariés (+8 points par rapport à 2009) évoquent des difficultés pour concilier ces deux facettes de leur vie.

En outre, la pression psychologique reste forte. En effet, 68 % des salariés pensent que leur travail est nerveusement fatigant. Si ce chiffre baisse de 4 points par rapport à 2009, il reste tout de même élevé. Les intéressés évoquent pêle-mêle la difficile gestion des priorités ainsi qu’un travail fragmenté.

Les salariés interrogés dans le cadre de ce nouveau Baromètre font également part d’un manque de reconnaissance et/ou d’autonomie. Plus précisément, seulement 24 % des collaborateurs disent pouvoir prendre des décisions.

Enfin, l’engagement s’érode : ainsi, en 2018, 29 % des salariés se disent très engagés contre 41 % en 2009. Et, c’est parmi les employés de TPE, les managers et les personnes de plus de 50 ans que l’on trouve le niveau d’engagement le plus élevé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
en fait, l’amélioration de la qualité de vie au travail est progressivement devenue un sujet majeur de motivation et de santé au travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=472 …

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES