• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Actualité MMA

MMA : 88 % des cyclistes ont déjà commis une infraction

Publié par le , Mis à jour le 26/11/2014 à 17:12

Près de 25 millions de Français utilisent régulièrement leur vélo et nombre d’entre eux vivent dans les grandes villes de l’Hexagone. C’est pourquoi l’assureur MMA a décidé de mener une enquête dont les enseignements se trouvent aujourd’hui réunis dans une étude exclusive baptisée « Le comportement des cyclistes en ville ». Présentation.

Un sentiment de vulnérabilité

L’écrasante majorité des cyclistes (ndlr : 95 %) se sent en danger et 60 % estiment être plus en danger à vélo qu’avec n’importe quel autre moyen de transport personnel.

Ce sentiment de vulnérabilité prend différents « visages » : la proximité des autres usagers de la route (66 %), la circulation sur les grands axes (47 %), l’ouverture brutale d’une portière (44 %), l’angle mort (38 %) et la traversée d’un carrefour (33 %).

Malheureusement, les chiffres attestent de cette vulnérabilité : en 2013, 4 % des tués sur les routes étaient des cyclistes.

Un comportement à risques

Même s’il est habité par un sentiment de vulnérabilité, le cycliste n’en adopte pas moins un comportement dangereux.

Ainsi, 77 % d’entre eux confessent prendre autant voire plus de risques en vélo que lorsqu’ils utilisent un véhicule motorisé, 31 % affirment être moins respectueux des règles de conduite. Rien d’étonnant dès lors à ce que 88 % des cyclistes disent avoir déjà commis une infraction, qu’il s’agisse de circuler sur les trottoirs (71 %), de ne pas respecter un sens interdit (49 %), de tourner sans l’avoir signalé (47 %) ou encore de passer au feu rouge (42 %).

Comment expliquer une telle « désinvolture » ? Un sentiment d’impunité semble ici à l’œuvre : 44 % des cyclistes ont l’impression de ne pas risquer d’amende. Ils estiment aussi être moins dangereux en vélo qu’en auto, moto ou scooter (56 %).

Pourtant, l’enquête de MMA laisse apparaître que 46 % des cyclistes ont déjà eu au moins un accident. D’ailleurs, seuls 22 % d’entre eux portent toujours un casque en journée contre 31 % à la nuit tombée. Pire, 25 % des cyclistes utilisent un vélo qui ne possède pas de phare à l’avant ou à l’arrière.

Article précédent
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES