Actualité Suravenir Assurances

Suravenir Assurances part à la chasse aux fraudeurs avec Shift Technology

Publié par le , Mis à jour le 10/02/2020 à 17:07

En 2018, un demi-milliard d’euros de fraudes en IARD ont été identifié.

Suravenir Assurances, filiale du groupe Arkéa a décidé d’utiliser le savoir-faire de l’entreprise Shift Technology afin de débusquer les fraudeurs. Selon l’Agence pour la lutte contre la fraude à l’assurance (ALFA), ce sont un demi-milliard d’euros de fraudes en IARD qui ont été identifiés pour l’année 2018.

Lutter contre la fraude des contrats auto et MRH

La lutte contre la fraude est un gros problème pour les assurances. Alors que des compagnies comme BNP Personal Finance, Malakoff Médéric Humanis ou encore Swiss Life ont décidé de créer un algorithme spécifique, Suravenir Assurance a mise sur l’entreprise Shift Technology.

La filiale du groupe Arkéa a décidé d’exploiter une intelligence artificielle de Shift Technology pour améliorer la détection de la fraude sur ses contrats auto et MRH. Une nouvelle collaboration qui réjouit Benoit Legros, le directeur commercial France : « Nous sommes très heureux du travail réalisé avec les équipes de Suravenir Assurances et regardons l’avenir avec ambition » explique t-il au site assurbanque20.fr.

Les équipes de Shift Technology peuvent désormais alerter les équipes de Suravenir Assurances sur les dossiers suspicieux. Grâce à cette solution « Force », les agents pourront « se concentrer davantage sur l’accompagnement des assurés pour répondre à leurs attentes en termes de qualité de service et de réactivité » précise Claire Léauté, directrice du service client chez Suravenir Assurances.

Selon l’Agence pour la lutte contre la fraude à l’assurance (ALFA), ce délit « est un acte intentionnel, réalisé par une personne morale ou physique afin d’obtenir indûment un profit du contrat d’assurance ». Pour les assureurs, le coût de la fraude à l’assurance est colossal. En 2018, un demi-milliard d’euros de fraudes en IARD ont été identifié.

Les sanctions pour une fraude à l’assurance     

L’Alfa indique que « selon l’article L113-8 du Code des assurances la nullité du contrat d’assurance est prévue. L’assuré pris la main dans le sac doit rembourser les indemnités versées pour les sinistres antérieurs. De son côté, l’assureur a la possibilité de garder les cotisations déjà réglées. Il peut aussi exiger le règlement des cotisations échues à titre de dommages et intérêts.

A noter qu’en cas de fraude, l’assureur peut refuser de prendre en charge un sinistre. La plupart des contrats intègrent une déchéance du droit de garantie. Si l’indemnité a déjà été payée avant que l’assureur constate les faits, ce dernier peut tout de même exercer une action en remboursement des sommes versées.  

Concernant les sanctions pénales, l’Agence pour la lutte contre la fraude à l’assurance indique que : « qu’il n’existe pas d’incrimination spécifique réprimant la fraude à l’assurance. Il faut se reporter aux articles du Code pénal qui sanctionnent le faux en écriture et l’escroquerie ». L’escroquerie est un délit passible d’une peine de 5 ans d’emprisonnement et jusqu’à 375 000 euros d’amende. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES