Malus écologique : barème 2021 et fonctionnement

Je compare
Publié par Quentin Bas Lorant le 18/06/2021 à 14:26 , Mis à jour le 13/07/2022 à 10:00

Le malus écologique se durcit encore en 2021 : plus de véhicules sont concernés, en raison du rehaussement du plafond et de l’abaissement du seuil de déclenchement. Le malus s’échelonne cette année de 50 à 30 000 euros, et se durcira encore en 2022 et 2023, avec en plus l’apparition de la taxe au poids. 

Qu’est-ce que le malus écologique ?

Le malus écologique est une taxe (aussi appelée « écotaxe »), qui est payée au moment de l’achat d’un véhicule neuf. Selon son niveau d’émissions, cette taxe est plus ou moins élevée. Elle vise à inciter les acheteurs à se diriger vers des véhicules moins polluants, qui sont donc moins « taxés ».

Pour mesurer à quel point un véhicule est polluant, le critère retenu est celui de son niveau d’émission de dioxyde de carbone (CO2). Les véhicules concernés en 2021 par le malus écologique sont ceux émettant plus de 132 grammes par kilomètre, et qui ont fait l’objet d’une réception communautaire (c’est-à-dire qui disposent de la certification CE). Pour ceux sans certification CE, c’est le nombre de chevaux fiscaux (CV) qui est pris en compte pour déterminer le montant de l’écotaxe.

 

 

Le malus à partir du 1er janvier 2021

Au 1er janvier 2021, le barème du malus écologique a changé : comme chaque année, il se durcit. C’est-à-dire que le seuil de déclenchement est abaissé, pour que davantage de véhicules soient concernés, et les montants à payer sont, de leur côté, augmentés. Au fur et à mesure des années, le malus écologique devient donc de plus en plus pénalisant financièrement. En 2021, le seuil de déclenchement a été diminué de 5 g/km : le malus écologique s’applique à partir de 133 g/km, et un plus grand nombre de véhicules est donc concerné

Fin du malus sur les autos d'occasion

Depuis le 1er janvier 2021, en revanche, le malus écologique ne s’applique plus aux véhicules d’occasion. Les pouvoirs publics considèrent en effet que, sur les véhicules de seconde main, le malus a déjà été payé une fois au moment de la première immatriculation du véhicule. Mais, pour les véhicules d’occasion en provenance de l’étranger, le malus s’applique bien, car l’acheteur doit bien procéder à une première immatriculation en France.

Barème malus 2021 et hausse par tranche

CO2 (g/km) Montants 2021 en euros Hausse 2020 / 2021
133  50  + 50 euros
134   75 + 75 euros
135  100  + 100 euros
136  125  + 125 euros
137  150  + 150 euros
138   170 + 120 euros
139  190  + 115 euros
140  210  + 110 euros
141  230  + 105 euros
142  240 + 90 euros
143  260 + 90 euros
144  280  + 90 euros
145    310 + 100 euros
146  330  + 100 euros
147  360  + 120 euros
148  400  + 140 euros
149  450  + 170 euros
150  540  + 230 euros
151  650 + 320 euros
152  740  + 380 euros
153  818  + 418 euros
154  898  + 448 euros
155  983  + 443 euros
156  1 074  + 424 euros
157 1 172  + 432 euros
158  1 276  + 458 euros
159  1 386  + 488 euros
160   1 504 + 521 euros
161  1 629  + 555 euros
162  1 761  + 589 euros
163 1 901  + 625 euros
164  2 049  + 663 euros
165  2 205  + 701 euros
166  2 370  + 741 euros
167  2 544  + 783 euros
168  2 726  + 825 euros
169  2 918 + 869 euros
170  3 119  + 914 euros
171  3 331  + 961 euros
172  3 552  + 1 008 euros
173 3 784  + 1 058 euros
174  4 026  + 1 108 euros
175  4 279  + 1 160 euros
176  4 543 + 1 212 euros
177  4 818  + 1 266 euros
178  5 105  + 1 321 euros
179  5 404 + 1 378 euros
180  5 715  + 1 436 euros
181  6 039  + 1 496 euros
182  6 375  + 1 557 euros
183 6 724  + 1 619 euros
184  7 086  + 1 682 euros
185 7 462  + 1 747 euros
186 7 851  + 1 812 euros
187  8 254  + 1 879 euros
188  8 671  + 1 947 euros
189  9 103  + 2 017 euros
190  9 550  + 2 088 euros
191  10 011  + 2 160 euros
192  10 488  + 2 234 euros
193    10 980 + 2 309 euros
194   11 488 + 2 385 euros
195  12 012  + 2 462 euros
196  12 552  + 2 541 euros
197  13 109  + 2 621 euros
198  13 682  + 2 702 euros
199  14 723  + 3 235 euros
200    14 881  + 2 869 euros
201  15 506  + 2 954 euros
202  16 149  + 3 040 euros
203  16 810  + 3 128 euros
204  17 490  + 3 217 euros
205  18 188 + 3 307 euros
206  18 905  + 3 399 euros
207  19 641  + 3 492 euros
208  20 396  + 3 586 euros
209  21 171  + 3 681 euros
210 21 966  + 3 778 euros
211  22 781  + 3 876 euros
212  23 616 + 3 975 euros
213  24 472  + 4 472 euros
214  25 349  + 5 349 euros
215  26 247  + 6 247 euros
216  27 166  + 7 166 euros
217    28 107 + 8 107 euros
218  29 070  + 9 070 euros
> 219  30 000  + 10 000 euros

Source : Argus

Le malus en 2022 et 2023 

Les montants du malus écologique pour les deux prochaines années sont déjà connus, entérinés par le projet loi de finances (PLF) de 2021. Le principe suivant a été acté : chaque année, le seuil de déclenchement est abaissé de 5 g de CO2/km, et le montant maximal augmenté de 10 000 euros.

En 2022, l’écotaxe s’appliquera donc à partir de 128 g/km de CO2, et à partir de 224 g/km de CO2, tout en haut de l’échelle, il faudra s’acquitter de 40 000 euros. En 2023, les véhicules seront pénalisés dès 123 g/km de CO2, et le montant maximal atteindra 50 000 euros (à partir de 226 g/km de CO2). 

Malus au poids 2022 

Une nouvelle taxe prenant en compte le poids des véhicules, pour pénaliser les plus imposants, et donc les plus polluants, devait entrer en application cette année. Finalement, elle a été repoussée d’un an et verra le jour le 1er janvier 2022. Elle concernera tous les véhicules de plus d’1,8 tonne : une taxe de 10 euros par kilo au-dessus de ce poids sera appliquée, et se cumulera avec le malus écologique.

Les modèles les plus taxés

Sans surprise, les modèles les plus pénalisés par l’écotaxe sont ceux consommant le plus. Se voient ainsi contraints au malus maximal (30 000 euros) les véhicules de gros gabarits : Land Cruiser, Land Rover, les Jeeps… Mais aussi des voitures moins imposantes, mais dites « sportives », comme les Ford Mustang, les Jaguar équipés d’un V8, la plupart des Porsche…

La mort du moteur à essence

L’ambition de l’écotaxe est de rendre de plus en plus désavantageux l’achat d’un véhicule thermique, jusqu’à ce qu’ils disparaissent complètement du parc automobile. Cet objectif s’aligne sur celui de l’Union européenne, qui prévoit d’interdire les véhicules à essence à l’horizon 2035, en rendant les contraintes d’émissions de CO2 de plus en plus difficile à atteindre. 

Bonus écologique 2021

Pour accélérer la transition, les pouvoirs publics n’optent pas que pour une stratégie punitive. Au moins jusqu’en 2022, le bonus écologique permet d’obtenir une aide à l’achat d’un véhicule électrique. Cette subvention peut atteindre jusqu’à 7 000 euros, mais elle prendra fin le 30 juin 2021. À partir du 1er juillet, l’aide maximale sera abaissée de 1 000 euros (6 000 euros), puis de nouveau de 1 000 euros le 1er janvier 2022. De plus, à compter de cette date, les hybrides rechargeables seront exclus du dispositif d'aide qui sera réservée aux véhicules électriques dont le taux d'émission de CO2 est inférieur ou égal à 20 g/km.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Actualité de l'assurance auto

vignette-assurance

Bruno Le Maire confirme la suppression de la vignette verte

La vignette verte à poser sur un pare-brise pour prouver qu'un véhicule est bien assuré ne sera plus nécessaire en 2023. Elle disparaîtra au profit d'un système de contrôle dématérialisé qui s'effectuera par une lecture de la plaque d'immatriculation.

voiture-sanspermis

La voiture sans permis, le nouvel objet de désir des jeunes

La voiture sans permis plaît de plus en plus aux jeunes, notamment depuis qu'ils peuvent la conduire à seulement 14 ans. Coup de projecteur sur la “voiturette“ et ses nouveaux adeptes.