4 300 lits d'hôpitaux ont été supprimés en 2021

Publié par Quentin Bas Lorant le 28/09/2022 à 14:58 , Mis à jour le 28/09/2022 à 15:19

Malgré des services hospitaliers en souffrance et épuisés par deux années de Covid, le nombre de lits d’hospitalisation avec hébergement a été réduit une nouvelle fois l'année passée. L’hôpital poursuit ainsi son « virage ambulatoire » acté il y a une vingtaine d’années.

-4 300 lits d’hospitalisation, selon le ministère de la Santé

L’information avait suscité une grande incompréhension en pleine crise Covid : en 2020, 5 700 lits d’hôpitaux avaient été supprimés en France. L’année passée, leur réduction a été un peu moins marquée, mais demeure significative : -4 300 lits d’hospitalisation, selon le ministère de la Santé.

Pour mieux percevoir l’échelle de ces coupes, il faut avoir en tête qu’à la fin 2021, le nombre de lits d’hospitalisation complète (incluant l’hébergement de nuit) s’élevaient à 382 597, dans les près de 3 000 hôpitaux publics et privés que compte la France.

Sur le total de début 2021, la disparition de 4 300 lits signifie donc une baisse d’1,10%. Mais c’est le cumul sur plusieurs années qui permet de mieux prendre conscience du phénomène à l’œuvre : depuis fin 2016, ce sont plus de 21 000 lits qui sont passés à la trappe. La baisse est ainsi en réalité de plus de 5% en cumulé sur le premier quinquennat d’Emmanuel Macron.

En la matière, le Président reconduit en mai dernier affiche déjà un total deux fois supérieur à celui de son prédécesseur : sous François Hollande, « seulement » 10 000 lits ont été retirés des hôpitaux. M. Macron demeure néanmoins bien loin du total atteint par Nicolas Sarkozy (-37 000 lits). Sous les trois derniers quinquennats, on constate donc une suppression de 70 000 lits d’hospitalisation.

Virage ambulatoire et manque de moyens

Cette amputation est justifiée de deux façons. En premier lieu, sur un temps plus étendu, les hôpitaux sont soumis, depuis le début des années 2000, à une nouvelle stratégie dite « ambulatoire », qui consiste à se concentrer sur les opérations faites dans la journée, qui ne nécessitent pas de passer une nuit ou plus à l’hôpital.

En contrepartie, donc, les places dites « de jours » sont, elles, en hausse dans les établissements de santé, +2 743 l’année dernière, pour un total porté à 82 500 (+9 000 en cinq ans). De même, l'hospitalisation à domicile est également en progression : +6,8%. Une augmentation compense pour l'instant difficilement la réduction des places d’hospitalisation.

Il faut dire que les hôpitaux sont également confrontés à un problème plus conjoncturel : le manque de moyens et de personnel soignant, qui contraint, là aussi, à alléger le nombre de palces. Cet été, plusieurs ont dû fermer temporairement faute de ressources suffisantes. Ces pénuries ont été pour partie à l’origine du « filtrage » à l’entrée des urgences décidé en plein été. 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES