Comparez gratuitement les assurances santé

Tabac : une reprise de la consommation depuis 2021

13 déc. 2022 Jordan Hervieux 122 vues

Selon les chiffres de Santé publique France, le tabagisme connait un rebond inattendu chez les femmes et les personnes moins diplômés. Chez l’ensemble de la population, la baisse historique de la consommation, elle, prend fin.  

32 % de fumeurs en France 

Elle était redoutée et se confirme maintenant : la tendance à la baisse de la consommation de tabac des Français est terminée. Une enquête de Santé publique France publiée ce mardi montre que la proportion de fumeurs ne diminue plus. “On observe une stagnation du tabagisme quotidien, ce qui marque une réelle interruption de la baisse” indique Viêt Nguyen-Thanh, responsable de l’unité addictions. Si la loi interdisant de fumer dans les restaurants, bars, et autres lieux publics, et le paquet neutre avait entrainé une baisse massive du tabagisme entre 2014 et 2019, il n’en est rien aujourd’hui. Une tendance également observable aux Pays-Bas, mais qui se poursuit aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.  

En 2021, 32 % des 18-75 ans en France avait avoué fumer, et 25 % déclaraient fumer tous les jours. Chez les personnes plus défavorisées ou moins diplômées, ce chiffre est passé de 29 % à 32 % depuis 2020. Chez les femmes, la courbe repart aussi à la hausse en passant de 20,7 % à 23 %. Pour contrer cette évolution de la consommation, les autorités sanitaires ont d’ailleurs prévu de lancer une campagne de sensibilisation dès le mois de février. 

Une remontée causée par le Covid ?

Cette reprise du tabac serait selon les autorités sanitaires due à la crise sanitaire et à ses conséquences au niveau social et psychologique sur la santé des Français. “Je pense qu’une forme d’inaction, à l’occasion des confinements, a pu favoriser une reprise du tabagisme. La cigarette rythme la journée, elle donne quelque chose à faire” a indiqué au Parisien Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé. Pour Viêt Nguyen-Thanh, “Le tabac peut être perçu comme un moyen de gérer son stress, même si cette croyance est erronée”. 

L’augmentation de la consommation des plus défavorisés serait alors causée par la précarité et, du côté des femmes, par la charge mentale et la gestion des enfants pendant le télétravail. À cette crise sanitaire, s’ajoute désormais la crise économique et énergétique suite au conflit opposant la Russie et l’Ukraine et l’inflation. “Dès que l’ambiance sociale se dégrade, les conduites addictives repartent à la hausse”, alerte Loïc Josseran, président de l’Alliance contre le tabac (ACT). 

Mais malgré la baisse du pouvoir d’achat des Français, ces derniers ne renoncent pas à l’achat de leur paquet facturé entre 10 et 10,50 euros. “Pour les plus défavorisés, le tabac est parfois le dernier plaisir qu’ils s’offrent, leur dernière béquille, précise la responsable de l’unité addictions de Santé publique France. N’oublions pas non plus son pouvoir extrêmement addictif.” 

75 000 décès par an 

Du côté des personnes défavorisées, le pneumologue révèle que ces derniers arrivent dans son service dans un état sérieux. “Il s’agit de patients défavorisés, avec un cancer métastatique, des formes très difficiles à soigner. Comme ils ont moins accès au système de soin, ils sont diagnostiqués tard”.

Chez les femmes, les conséquences de la consommation de tabac peuvent être tragiques avec des tumeurs aux poumons, à la vessie, des maladies respiratoires. “Elles ont des angines de la poitrine, des infarctus du myocarde à 40 ans”, ajoute le médecin. “Les conséquences peuvent être dramatiques. Comme cancérologue, j’ai vu les souffrances finales. Savoir que ces douleurs sont évitables, que des industriels s’enrichissent sur le dos des fumeurs, m’est insupportable” souligne Agnès Buzyn. 

En France, plus de 75 000 personnes décèdent chaque année des suites du tabagisme. Pour Loïc Josseran, “on doit obliger les buralistes à respecter l’interdiction de vente aux mineurs et augmenter le paquet à 15 euros en 2027”. Pour rappel, la cigarette contient plus de 2 000 substances dont “plusieurs dizaines sont des cancérigènes avérés” indique le pneumologue Bruno Crestani. L’objectif fixé par les autorités est de parvenir à une génération sans tabac à l’horizon 2032.

bloc-cta-sante
Votre mutuelle santé à partir de 4,87€ par mois

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !