Communiqués de presse de l'assurance

Assurance et séjours au ski : ce qu'il faut savoir pour partir l'esprit tranquille ou éviter les mauvaises surprises

Publié par le , Mis à jour le 12/02/2015 à 11:20

Chute, annulation, accident, blessure, rapatriement… les séjours au ski peuvent mal tourner. Heureusement, une bonne assurance peut sauver la mise du skieur accidenté et surtout son budget ! Tour d’horizon des assurances qui peuvent jouer en cas d’accident de ski avec Assurland.com.

Ski : déjà assuré ou contrat spécifique ?

Certains contrats d’assurance courants peuvent couvrir les accidents de ski. Assurance multirisques habitation, assurance décès, garantie des accidents de la vie (GAV), assurance scolaire ou contrat d’assistance peuvent intervenir lors d’un sinistre survenu en plein séjour à la neige.

Il existe d’autre part les contrats spécifiques, appelés « assurance ski ».

Quelle que soit la nature du contrat, en cas d’accident, les démarches imposent de déclarer le sinistre à l’assureur dans les 5 jours ouvrés, de préférence en lettre recommandée.

Bon à savoir : Il est recommandé également de contacter le service assistance avant d’engager la moindre dépense.

1er jour de ski et c’est l’accident !

Au moment d’acheter le forfait des remontées mécaniques, le skieur peut choisir de prendre une assurance. Cette dernière interviendra en cas d’interruption de séjour à cause d’un accident. Cette assurance prend notamment en charge le remboursement des cours non effectués ou des remontées non utilisées mais déjà réglées.

Chuter seul au ski

En cas de chute seul et de blessures consécutives à cette chute, les assurances telles que l’individuelle accident, la GAV ou une assurance ski spécifique peuvent intervenir.

Comment repérer la responsabilité d’un skieur dans un accident ?

En cas d’accident de ski, les responsables d’accident sont ceux qui :

  • Sont en amont et refusent la priorité à un skieur en aval,
  • Skient trop rapidement sur une piste pour débutants,
  • Font une pause à un endroit dangereux (sans visibilité),
  • Dépassent les autres skieurs de manière dangereuse,
  • Perdent leurs skis et blessent un tiers.

L’intervention des sauveteurs : qui paie ?

Si les communes sont chargées de mettre à disposition les secours sur le domaine public, elles sont en droit de demander le remboursement de ces interventions. C’est la personne secourue dans ce cas qui doit assumer ces frais.

A savoir : bien souvent les GAV ou les multirisques habitation proposent cette garantie (à vérifier dans le contrat).

Hors-piste : aux risques et périls du skieur

La pratique du hors-piste est rarement couverte par les contrats d’assurances.

Au-delà de l’indemnisation en cas d’accident, le ski hors-piste est une pratique dangereuse et déconseillée.

Selon l’Association Nationale pour l’Etude de la Neige et des Avalanches (ANENA), 23 accidents et 10 décès hors-piste ont été enregistrés en 2013-2014.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.