Communiqués de presse de l'assurance

Assurland.com prédit une stabilité tarifaire des assurances de particuliers en 2021

Publié par le , Mis à jour le 04/12/2020 à 12:40

Assurland.com, leader des comparateurs d’assurances en ligne, dévoile ses prévisions tarifaires pour l’année 2021, basées sur son Indice du Prix des Assurances de Particuliers (IPAP) qui recense 6 millions de simulations tarifaires.  

Les prévisions de tarifs d'Assurland.com en 2021 sont :

 - Assurance auto : gel des prix

- Assurance habitation : gel des prix

- Assurance santé : entre 0 et 1 % d'augmentation  

 

En assurance auto   

- Il existe des facteurs de hausse : réparations coûteuses des véhicules, prix des pièces détachées (+ 5 %) dont le monopole est toujours détenu par les constructeurs, et coût accru des soins médicaux aux blessés et des indemnisations ;

- Mais ces coûts sont plus que contrebalancés par la chute des accidents lors du premier confinement (- 75 %) avec un nombre de blessés en recul de 18,5 % (chiffres de l’ONISR - octobre 2020) et des vols de véhicules en baisse (- 40 % entre mars et mai 2020). Soit un impact de plus de 2 Mds d’Euros ; 

- Enfin, l’assurance auto reste un produit d’appel, auquel s’ajoute la pression de la loi Hamon, ce qui freine les tendances à de trop fortes augmentations depuis quelques années.

Plusieurs assureurs, Maif, Matmut ou encore MFA ont d’ores et déjà annoncé une stabilité des prix en 2021.

 

En assurance habitation  

- Le premier confinement a engendré environ 300 millions d’euros d’économies ;

- La poursuite du télétravail devrait également permettre de conserver une tendance positive sur la sinistralité (moins de départs d’incendie, de dégâts des eaux, de cambriolages) ; 

- Comme en auto, on retrouve également la pression de la Loi Hamon, qui est un frein à l’augmentation du prix des contrats.

La MFA a d’ores et déjà annoncé un gel de ses tarifs habitation.

 

En assurance santé  

- Les économies dues à la prise en charge des soins Covid par la Sécurité Sociale et aux reports de soins sont évaluées à 2,6 milliards d’euros. Des reports de soins qui ne donneront lieu qu’à un rattrapage partiel ;

- Les économies engendrées sont donc supérieures à la taxe Covid de 1,5 milliards d’euros (prélevée sur deux ans et à hauteur de 2,6 % sur les cotisations au titre de l’année 2020) qui va peser sur la profession ; 

- Également, l’impact financier du reste à charge zéro aura été moins important que prévu suite aux confinements et au report des soins ;

- Enfin, la résiliation infra-annuelle en santé mise en place au 1er décembre va conduire à une modération des velléités d’augmentations des prix.

Certains assureurs (MACIF et Intériale) ont annoncé un gel des prix, d’autres des augmentations substantielles (entre 3 et 4,8 % pour Apicil et Axa). In fine, c’est la pression concurrentielle qui déterminera la réalité des augmentations de prix l’an prochain. 

 

Sans oublier la pression médiatique : malgré une contribution de crise estimée au global à 4,5 milliards d’euros au global, les assureurs ont actuellement une image dégradée dans l’opinion. Un facteur supplémentaire qui les incitera à la modération tarifaire en 2021.

  

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT