Communiqués de presse de l'assurance

Tempête Ciara : comment fonctionne l'assurance pour les dommages dus au vent ?

Publié par le , Mis à jour le 08/10/2020 à 11:06

La tempête Ciara s’est abattue sur une partie de la France cette nuit avec des rafales de vent qui ont entraîné de nombreux dégâts matériels. Comment va s’effectuer la prise en charge des dommages ? Quelles démarches les assurés doivent-ils enclencher ? Peut-on parler de catastrophe naturelle ? Assurland.com, leader des comparateurs d’assurances en ligne, fait le point.

 

Tous les dommages dus au vent ne sont pas couverts

La prise en charge des dégâts causés par le vent fait partie de la « garantie tempête » incluse dans les contrats d’assurance multirisque habitation (MRH) ou d’assurance voiture comprenant une « garantie incendie ». Elle couvre les effets du vent (tempête, ouragan, cyclone) mais aussi les effets indirects de la pluie, grêle ou neige (humidité, infiltrations, affaissement d’un toit…).

Le dégât doit directement résulter de l’action du vent : tuile arrachée ou chute d’arbre ayant abîmé une façade.

Ne font habituellement pas partie des dommages couverts : clôtures, vérandas, bâtiments de construction légères, abris de jardins, plantations, arbres, panneaux solaires, volets, gouttières… Certains contrats peuvent proposer des options. Les vitres sont elles couvertes par la garantie optionnelle « bris de glace ».

En cas de dommage corporel, il faut être titulaire d’un contrat de prévoyance.

Enfin, si un arbre est tombé sur le terrain d’un voisin par exemple, l’assuré propriétaire de l’arbre en question est couvert par sa responsabilité civile. Mais il doit être en mesure de prouver que la chute est liée à un évènement imprévisible et non à un manque d’entretien.

 

L’assureur peut demander une attestation d’intempérie

Le sinistré doit effectuer une déclaration auprès de son assureur dans les cinq jours ouvrés en listant les dommages subis. Tous les documents type factures, photos, contrats,… qui le peuvent doivent être fournis à la compagnie d’assurance.

Il faut bâcher, protéger,… tout ce qui peut l’être afin d’éviter des dégradations supplémentaires.

La « garantie tempête » s’applique généralement à partir de vents allant à plus de 100 km/h. L’assureur peut ainsi demander un certificat d’attestation d’intempérie et envoyer un expert pour constater les dommages.

 

Les effets du vent ne relèvent que rarement du régime catnat

Assurland.com rappelle enfin que la prise en charge des évènements liés aux effets du vent relèvent de la « garantie tempête » et non du régime d’indemnisation des catastrophes naturelles, sauf pour certains évènements hors normes type évènements cycloniques.

A noter que dans la réforme en cours du régime des catastrophes naturelles, il est prévu d’inclure la prise en charge des orages de grêle.

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT