Spots et interviews radios

Assurland.com est l'invité d'Europe 1

Publié par Stéphanie Duraffourd le 04/07/2022 à 10:45 , Mis à jour le 04/07/2022 à 12:01, Source : Europe1
Europe1

Les catastrophes naturelles pèsent sur les cotisations d'assurance

Jeudi 23 juin, Olivier Moustacakis, cofondateur d'Assurland.com le comparateur d'assurances en ligne, est invité dans la matinale d'Europe 1 au micro d'Ombline Roche. Il évoque l'actualité du secteur de l'assurance, notamment l'impact financier des catastrophes naturelles.

Ombline Roche : Les assureurs sont reçus ce matin à Bercy par le Ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. Au programme, les pistes d'amélioration du pouvoir d'achat pour tous les Français et donc peut-être la baisse des tarifs d'assurance auto, poste de dépenses important des ménages. Mais concrètement, comment les assureurs peuvent faire baisser les prix alors que les catastrophes climatiques notamment, se multiplient ?

Olivier Moustacakis : La réponse est assez simple : concrètement, ils ne peuvent pas le faire. Après, il est de bon ton en période électorale de convoquer les assureurs car c'est une profession ultra-règlementée. Il est donc plus facile de les convoquer eux plutôt que d'autres acteurs du secteur économique. C'est ce qu'on avait également vu pendant la crise du Covid. 

OR : Au début du mois, plusieurs communes ont été touchées par des intempéries. L'état de catastrophes naturelles devrait être déclaré. La note s'élève à 940 millions d'euros d'après France Assureurs. Les primes devront-elles être aujstées en conséquence ? 

OM : Vous soulevez un sujet de fond qui est celui du régime d'indemnisation des catastrophes naturelles. C'est une spécificité française avec la mise en place d'un régime de solidarité. Concrètement, si vous habitez en haut d'une colline et que vous ne serez jamais touché par une inondation, vous allez quand même payer pour indemniser les gens qui sont proches d'une rivière ou d'un littoral.

Ce régime est alimenté par une taxe, prélevée sur nos contrats d'assurance habitation. Cette taxe de 12% était à l'origine fixée à 5,5%. Mais aujourd'hui et depuis plusieurs années, le régime est déficitaire. Les assureurs collectent environ 1,7 milliard par an mais doivent indemniser entre 2 et 3 milliards par an en fonction des années en raison de la recrudescence des évenements climatiques. A un moment, si l'on veut maintenir ce principe de solidarité, il n'y aura pas d'autre choix que de faire évoluer le montant de la taxe. 

OR : Si les sinistres deviennent trop fréquents, est-ce que l'on peut craindre que certaines compagnies arrêtent de les assurer ? 

OM : C'est déjà le cas aujourd'hui. Néanmoins, nous espérons que cela ne deviendra pas une vérité générale. Le régime des catastrophes naturelles est amené à évoluer comme il l'a déjà été au cours des années. France Assureurs a chiffré le coût des aléas climatiques au cumul à 143 milliards d'euros d'ici 2050. Il s'agit du scénario catastrophe, si aucune mesure de prévention n'est prise dans les années qui viennent. Mais il y en a pléthore : protéger les habitations qui sont proches des littoraux marins, adapter les constructions aux glissements de terrain, éviter le risque de sécheresse, les fissures,... Celui-ci commence d'ailleurs à peser énormément puisqu'il coûte en moyenne 900 millions d'euros par an en dédommagement.  

L'interview complète :

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.