Spots et interviews radios

Coronavirus : interview d'Assurland.com sur les assurances

Publié par le , Mis à jour le 17/04/2020 à 10:26 , Source : Radio Classique

L'assurance peut-elle couvrir une pandémie ?

Olivier Moustacakis, cofondateur d’Assurland.com, était invité de la matinale de Radio Classique pour évoquer l’assurance des pertes d’exploitation en lien avec la crise du Coronavirus.

L’assurance peut-elle couvrir une pandémie ?

Une situation inédite

Dimitri Pavlenko, présentateur de la matinale de Radio Classique, a reçu ce jeudi 2 avril Olivier Moustacakis, cofondateur du comparateur d’assurances en ligne Assurland.com, pour expliquer le fonctionnement des contrats d’assurance dans le cadre de l’épidémie de Coronavirus qui ne cesse de voir son bilan humain s’alourdir. Le secteur des assurances est en effet interpellé depuis quelques jours et les cas de figures sont multiples : un voyage qui s’annule, une compétition reportée ou bien une perte de chiffre d’affaires… Ces situations sont-elles couvertes par les contrats d’assurance ? 

Comme le rappelle le journaliste : « l’aléa qui déclenche l’indemnisation, à savoir la pandémie, n’a pas été prévu dans les contrats ». Cette situation est inédite et des milliers de petites entreprises et de particuliers se retrouvent en difficulté, car le risque épidémique n’est pas prévu dans les contrats

Un risque systémique difficilement assurable

En effet, explique Olivier Moustacakis : « la pandémie n’est pas un risque assurable et ce pour deux raisons. La première est qu’il est impossible à estimer. L’assurance repose en effet sur la notion de risque, qu’il faut évaluer en utilisant des calculs mathématiques et statistiques. ». C’est d’ailleurs un métier à part entière, qui s’appelle l’actuariat. Ces projections permettent de fixer la prime, ou la cotisation, à payer par l’assuré. « Deuxièmement, l’assurance fonctionne sur le principe de mutualisation ». Plusieurs personnes paient pour le moment ou l’une d’entre elle aura un sinistre. Ici, le problème est que tout le monde est touché par le Coronavirus. 

Le risque pandémique est systémique. Les assureurs ne peuvent pas subvenir aux conséquences financières d’un tel événement. Seul l’état peut intervenir. 

L’assurance des pertes d’exploitation, nerf de la guerre

Création d’un état de catastrophe sanitaire

L’assurance des pertes d’exploitation couvre les dommages matériels : incendie, sinistres, bris de machine… « Très peu de contrats prennent en charge les pertes sans dommage, et dans tous les cas, le risque pandémique est exclu… », explique assurland.com au micro de Radio Classique. 

L’état a-t-il les moyens d’obliger les compagnies d’assurances à indemniser les entreprises dans cette situation très exceptionnelle ? « D’un point de vue contractuel, non », rappelle le cofondateur d’Assurland.com. « Ce secteur est ultra réglementé. Il y a néanmoins des discussions en cours, notamment pour créer un état de catastrophe sanitaire ». L’idée serait de s’inspirer du modèle de la catastrophe naturelle ou garantie attentat, en appliquant une taxe additionnelle aux contrats dommages pour alimenter ce fonds.

L’effort demandé aux assureurs

Les assureurs ont annoncé un versement de 200 millions d’euros pour alimenter le fonds de solidarité crée par l’Etat dans le cadre de la crise actuelle. « Mais est-ce suffisant ? » demande le journaliste ? La problématique est que les assureurs doivent provisionner de l’argent pour indemniser les sinistrés qui cotisent pour cela. C’est d’ailleurs une protection pour ces derniers. Si  les compagnies d’assurances décident de verser plus que les 200 millions d’euros déjà annoncé, ce sera par devoir de solidarité. 

Réécoutez l’interview d’Olivier Moustacakis sur Radio Classique le 2 avril 2020 : 

https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/la-matinale-economique/l-invite-de-l-economie/#livePlayer

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT