Revue de presse

Assurance: la hausse des tarifs devrait se poursuivre de plus belle en 2012

Publié par le , Mis à jour le 25/11/2014 à 18:12 , Source : Romandie News
Face à la progression continue des coûts et à la baisse des revenus des assureurs, une nouvelle augmentation des tarifs sur les contrats d'assurance automobile, habitation et santé paraît inévitable pour 2012.
 
La Maif a donné le coup d'envoi des annonces tarifaires pour l'année prochaine, en dévoilant mercredi une hausse de 2% en moyenne pour ses contrats automobile et de 3% en moyenne pour ses contrats d'assurance habitation.
 
Après un gel des tarifs automobile en 2010, elle répercute progressivement une partie des coûts des événements climatiques de 2010-2011 et la fréquence accrue des accidents automobiles en se targuant d'une politique de modération tarifaire. En 2012, tout le marché se dirige vers des hausses tarifaires, de 1 à 3% en automobile et de 4 à 5% en habitation, fait valoir son directeur délégué Thierry Couret interrogé par l'AFP.
 
Le comparateur d'assurance Assurland.com prédit des augmentations tarifaires de 2 à 3% en automobile, de 4 à 5% en habitation et de 5 à 6% en santé, soit environ 60 euros de plus sur un budget assurance de 1.300 euros par ménage. Il faut considérer que les sociétés essayent de reconstituer leurs réserves après deux années difficiles, de manière à renforcer leur solidité financière, plaidait dès fin septembre Gérard Andreck, président du Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema).
 
Après une guerre des tarifs entre 2003 et 2009, l'heure est à un retour à la rentabilité pour l'assurance automobile, analyse Cyrille Chartier-Kastler, du cabinet de conseil Facts & Figures. D'autant que la progression des indemnisations liées aux dommages corporels se poursuit, tout comme l'augmentation du prix des pièces détachées et du coût de la main-d'oeuvre pour réparation. Il table sur une hausse de la prime automobile de 3% en moyenne, soit un peu plus que l'inflation (2,3% en octobre selon l'Insee, ndlr), mais pas très loin. Comparé aux autres pays européens, le niveau moyen des primes automobile en France est relativement bas, selon l'agence de notation Standard and Poor's.

Turbulences financières

L'assurance habitation, elle, est dans une situation de rattrapage depuis quelques années. Les assureurs se sont rendus compte que bon nombre de contrats multirisque habitation étaient sous-tarifés par rapport au prix du risque, estime M. Chartier-Kastler, qui attend une hausse de 5 à 7%. Selon lui, celle-ci est justifiée par les événements naturels, même si on en a pour l'instant moins vu qu'en 2010 en France, mais aussi par la crise, qui a deux conséquences: une augmentation de la fréquence et du coût des dégâts des eaux, faute d'entretien suffisant, et une hausse des cambriolages.
 
Autre facteur: l'amplification progressive du nombre et du coût des gros sinistres incendies.

Côté santé, la hausse des tarifs s'annonce plus importante encore: +5 à +10%, selon Facts & Figures. 

La faute en partie au doublement de la taxe (de 3,5% à 7%) sur les contrats solidaires et responsables des complémentaires santé, décidé par le gouvernement. Le rélèvement des primes de mutuelle santé s'explique aussi par l'augmentation des frais de soins liée au vieillissement de la population et par les déremboursements de la Sécurité sociale.
 
Globalement, la hausse des tarifs observée en 2011 devrait donc se reproduire en 2012, pour les mêmes raisons. Auxquelles s'ajoutent les turbulences sur les marchés financiers et le niveau historiquement bas des taux d'intérêt, qui ont fait chuter les revenus tirés du placement des primes. Ces derniers permettaient d'ordinaire aux assureurs de compenser les années difficiles. Cette année, le levier financier ne pourra pas être utilisé par les assureurs, ce qui rend les hausses de tarif inévitables, estime M. Chartier-Kastler.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.