Revue de presse

Assurance santé : quels effets pour la réforme du reste à charge zéro ?

Publié par le , Source : Challenges

Assurance santé : les effets de la réforme du reste à charge zéro

A compter du 1er janvier 2020, les lunettes ainsi que certaines prothèses dentaires seront prises en charge intégralement. Pour le Gouvernement, cette réforme ne doit pas induire de coûts supplémentaires. Mais qu’en sera-t-il réellement ? Stanislas di Vittorio, Fondateur d’Assurland.com, a commenté pour Challenges.fr les effets de la mise en place du reste à charge zéro.

Des augmentations à craindre dans les cotisations

Pour certains professionnels du secteur de l’assurance, il n’y a pas de doute, les tarifs des contrats individuels vont forcément augmenter. Des hausses moyennes de l’ordre de 4,5 % à 9 % sont attendues. Mais pour la Ministre de la santé Agnès Buzyn, pas question que la réforme soit un motif pour faire payer plus cher les assurés. Car le but est bien de faciliter l’accès aux soins pour tous les Français, a-t-elle rappelé à l’occasion d’un comité de suivi de la réforme qui s’est tenu le 8 novembre dernier. Agnès Buzyn l’a redit « il n’y a pas de justification aujourd’hui pour mettre sur le dos du reste à charge zéro, du 100 % santé, une augmentation des tarifs… ». Le coût de la réforme est estimé à 1 milliard d’euros, financé à 75 % par la Sécurité Sociale et 25 % par les mutuelles, tandis que ces dernières collectent chaque année 35 milliards d’euros.

Selon le site Challenges.fr, si les complémentaires santé augmentent en moyenne de 2,5 à 3 % chaque année, des chiffres en ligne avec les dépenses de santé, elles devraient jouer le jeu en 2020 et rester dans cette fourchette. Certains organismes comme la Maaf ont même annoncé un gel des tarifs. La véritable raison serait qu’en 2020, les hausses tarifaires seront scrutés à la loupe, et tabous. Il faudra attendre 2021 voire 2022 pour commencer à constater les répercussions financières de la réforme sur les cotisations.

Faire jouer les comparateurs d’assurances

Les professionnels du secteur pourraient toutefois être freinés par l’entrée en vigueur de la loi Hamon en Santé. Pour Stanislas di Vittorio, cela « pourrait modérer les ardeurs tarifaires des assureurs et mutuelles ». En faisant jouer la concurrence, les assurés pourront trouver moins cher ailleurs et résilier facilement leur contrat grâce au cadre légal (soit à tout moment un an après sa mise en place).

https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/reste-a-charge-zero-le-grand-ecart-des-tarifs-des-mutuelles-en-2020_683811

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.