Revue de presse

Assurances : attention, les tarifs s'envolent !

Publié par le , Mis à jour le 22/10/2012 à 14:43 , Source : La Tribune

Jusqu'à l'été, les majorations restaient modérées, à l'exception d'une pointe en avril. Cette fois, un palier est franchi.

Le budget d'assurance des Français est frappé par l'envolée des prix. L'augmentation s'élève en septembre à 5,2 % en assurance auto, 4,3 % en assurance habitation et 6,2 % en assurance santé en rythme annuel, selon l'indice des prix de l'assurance des particuliers (Ipap) établi chaque mois par Assurland. Ce site de comparaison d'assurances mesure les prix des contrats à partir de la compilation de plus de 6 millions de tarifs. Jusqu'à l'été, les majorations restaient modérées, à l'exception d'une pointe en avril. Cette fois, un palier est franchi. En assurance auto, la baisse des accidents ralentit depuis début 2010 et ne permet plus de compenser le niveau élevé des indemnisations corporelles et l'inflation des coûts des dommages matériels (+ 3,5 % sur les six premiers mois de l'année selon les mutuelles du Gema). Après des années de baisse des prix liée à l'intensification de la concurrence, « le cycle tarifaire a atteint un point bas, il ne peut que repartir à la hausse », affirme un assureur. Les portefeuilles sont en effet devenus techniquement déficitaires, les pertes étant selon les cas plus ou moins absorbées par les produits financiers.

En situation d'urgence

Le cas de l'assurance habitation est plus problématique. « En assurance habitation, nous sommes en situation d'urgence si nous voulons continuer à faire notre métier », alerte Claude Zaouati, directeur produits dommages et santé chez Aviva France. Compte tenu de la multiplication des évènements climatiques (tempête Xynthia et inondations du Var notamment), des incendies de plus en plus nombreux et de plus grande ampleur, et du parc immobilier vieillissant, « il faudrait augmenter les prix de l'assurance habitation de 4 à 5 % pendant plusieurs années de suite » pour couvrir les risques, estime Claude Zaouati. Selon lui, le prix réel payé par les clients pour cette assurance « n'a pas évolué depuis vingt ans » alors que les garanties dans les contrats sont de plus en plus riches (rééquipement à neuf notamment) et que les indices du bâtiment ont été mutlplié par deux dans le même temps.

Enfin, le pire est à venir en assurance complémentaire santé. Depuis 2006, l'augmentation s'est élevée à 4 % en moyenne par an selon l'indice Ipap. Après l'annonce de la nouvelle baisse des remboursements de médicaments, la hausse du ticket modérateur et la nouvelle taxe de 3,5 % sur les contrats complémentaires dits « responsables », Assurland avait prédit une hausse de 8 à 9 % en 2011.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.