Revue de presse

Assurances: La hausse des tarifs se confirme en 2012

Publié par le , Mis à jour le 22/10/2012 à 14:43 , Source : 20 minutes
Malgré un recul du coût des sinistres enregistré en 2011 par les assureurs, la hausse de cotisations, elle, va bien se poursuivre en 2012...

«Une bonne nouvelle»: c’est ainsi que Bernard Spitz, le président de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) a salué ce jeudi le recul de 5% de la «sinistralité» enregistré en 2011. «Cela montre notamment que notre travail de prévention auprès des assurés paye», s’est-il félicité à l’occasion de la présentation de son bilan annuel. Pourtant, les assurés, eux, ont peu de raisons de se réjouir.

 «A ce jour, environ la moitié des assureurs du marché ont dévoilé leurs tarifs pour 2012 et on constate en moyenne des hausses de tarifs de 2-3% dans l’automobile, de 4-5% dans l’assurance habitation et 5-6% dans l’assurance santé», note Stanislas di Vittorio directeur général du comparateur d’assurance en ligne Assurland, qui évalue le surcoût à «environ 60 euros de plus sur un budget de 1.300 euros par ménage».

«La baisse de la sinistralité brute, c'est-à-dire des montants comptabilisés en 2011, fait suite aux pics enregistrés en 2009 et 2010 avec notamment les tempêtes  Klaus et Xynthia, Mais si on regarde la tendance de fond de la dérive généralisée des sinistres, les hausses de tarifs actuellement pratiquées sont objectivement justifiées», analyse Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du cabinet de conseil Facts&Figures spécialisé dans l’assurance. Revue de détails.

Contrats d’assurance automobile

En 2011, la FFSA relève un recul de la fréquence des accidents de la route après deux années 2009 et 2010 marquées par une hausse brutale. Un bon point qui ne suffit pas toutefois à faire baisser les prix des assurances auto, comme cela avait pu être le cas entre 2003 et 2008.

«Les coûts de réparation ont augmenté de 3% sous la pression de la hausse des prix des pièces détachées et de la main d’œuvre»,  souligne Cyrille Chartier-Kastler. Mais le principal point noir reste l’indemnisation des accidents corporels des automobilistes: «Cela peut paraître un peu dur, mais avec des véhicules plus sûrs, le nombre d’accidents a diminué mais leur coût pour les assureurs augmente car les gens qui survivent sont souvent dans un état très grave», note Stanislas di Vittorio.

Avec le développement d’une judiciarisation à l’américaine de ce type d’accidents, les montants exigés par les victimes flambent. A titre d’exemple, la MACIF vient d’être condamnée à verser 7 millions d’euros à un assuré pour indemniser un dommage corporel. Pas étonnant dans ce contexte que les tarifs de tous les automobilistes continuent à augmenter.

Contrats d’assurance multirisques-habitation

L’année  2011 a été un peu plus calme en matière de catastrophes naturelles. La FFSA chiffre à 400 millions le coût pour les assureurs des inondations dans le Sud de la France et  à 200 millions d’euros celui de la tempête Joachim. On est très loin des 4 milliards d’euros payés en 2010.

En revanche, on observe toutefois une dérive des petits sinistres: la FFSA reste ainsi «très vigilante» sur le phénomène de la hausse des cambriolages qui augmenté de 9% en 2011. «On constate une dérive des vols, mais aussi des dégâts des eaux et des incendies», confirme Stanislas Di Vittorio.

Pourtant, selon lui, la principale explication de la hausse des tarifs est à chercher ailleurs: la facture des catastrophes naturelles des années 2009-2010 n’est pas encore soldée. «Les assureurs n’aiment pas le reconnaître, mais on est encore dans un phénomène de rattrapage», explique le patron d’Assurland.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.