Revue de presse

Assurances : Les particuliers restent attachés aux assureurs à réseau

Publié par le , Mis à jour le 14/12/2010 à 19:48 , Source : Banques Hebdo

« En matière d'assurance, Internet sert encore principalement à chercher des informations. La souscription en ligne progresse fortement en l'espace de quatre ans mais cela reste plus une intention qu'un passage à l'acte », indique Stanislas di Vittorio, fondateur d'Assurland, à partir des résultats d'une enquête.

« Les attentes des internautes en matière d'assurance », réalisée par Assurland auprès de 5.428 internautes interrogés en août 2010 (à partir de 100.000 mails adressés).

Ainsi, dans le domaine de l'assurance, Internet permet notamment de réaliser un devis (pour 98% des internautes), de chercher des informations sur des produits et des assureurs pour 51 % des internautes (contre 60% en 2006), de souscrire une assurance en ligne (pour 54% des internautes contre 15% en 2006).

La souscription en ligne reste marginale, indiquait Assurland dans son Baromètre de l'e-assurance en juin 2010. Même si la souscription en ligne par carte de crédit a progressé de plus de 40% entre 2008 et 2009, elle a généré moins de 100.000 contrats souscrits en 2009. 23% des internautes indiquent qu'Internet sert à la gestion de leurs contrats, contre 13% en 2006. 

A la question, «quels sont les bénéfices d'Internet dans la recherche de votre assurance ?», les internautes mettent notamment en avant la transparence sur les prix et les produits, le fait de réaliser des économies, la disponibilité des sites Internet.

Par ailleurs, les internautes restent attachés aux assureurs à réseau. Ainsi, si environ 90% des internautes se disent prêts à utiliser Internet pour s'assurer auprès d'un assureur à réseau, cette part atteint un peu moins de 50% pour un assureur low cost sans réseau. «Tout le monde n'est pas prêt à passer par un assureur low cost. 82% des internautes souhaitent un contact physique en cas d'accident, 54% veulent connaître leur assureur et 40% indiquent ne pas avoir confiance quant à la qualité de service, souligne Stanislas di Vittorio. Quand les assurés souscrivent une assurance low cost, on s'aperçoit qu'ils sont attachés à la marque. Plus la relation est à distance, plus ils sont rassurés par une marque connue.» Une segmentation émerge avec d'une part, des assurés qui sont attachés au service et au conseil d'un assureur traditionnel et d'autres part, des particuliers «orientés sur le prix et adeptes du self-service».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.