Revue de presse

Assurances : une hausse des tarifs de 3,5 à 8 %

Publié par le , Mis à jour le 17/12/2010 à 14:29 , Source : Ouest France
Les assurés devront payer davantage, en 2011, pour assurer leur maison et leur voiture. En cause, la tempête Xynthia et l'augmentation des sinistres automobiles.

Les hausses prévues. Les tarifs moyens d'assurances vont augmenter, l'an prochain, pour l'habitation, l'automobile et la santé. C'est pour le multirisque habitation que les hausses de cotisations seront les plus fortes, de 3,5 % pour la MAIF à près de 8 % pour MMA. Pour l'automobile, après plusieurs années de baisse, la hausse sera de 2,5 % à 4,5 %. La MAIF et la MAAF appliqueront une hausse moyenne de 2,5 %. Concernant la santé, la tendance est à un relèvement d'environ 5 %.

La tendance du marché. Le site de comparaison de prix Assurland évoquait, la semaine dernière, une hausse de 4,3 % sur un an pour l'assurance habitation, de 1 % en assurance auto et de 6,2 % pour les assurances santé. Certains assureurs ont déjà annoncé des hausses et parfois informé leurs assurés des « évolutions tarifaires » par courrier, comme la MAIF.

Quelques grands acteurs, comme Groupama, Allianz ou GMF, n'ont pas encore dévoilé leurs intentions, mais la tendance est connue. Depuis plusieurs mois, les assureurs communiquent sur la nécessité d'une hausse des tarifs. Une hausse supérieure à l'inflation (1,6 % sur un an, en novembre) qu'ils estiment nécessaire, après un premier relèvement, en 2010.

Les raisons des assureurs. « En matière d'assurance habitation, le facteur climatique a énormément joué », explique Stéphane Pénet, directeur des assurances dommages à la FFSA (Fédération française des sociétés d'assurances). L'année 2009 avait coûté cher aux assureurs, qui avaient dû payer 1,8 milliard d'euros à cause des tempêtes Klaus et Quinten. En 2010, la tempête Xynthia et les inondations dans le Var ont coûté 2,1 milliards.

Ces « événements climatiques » constituent un risque de moins en moins aléatoire pour les assureurs. Deuxième explication : le vieillissement du parc immobilier explique un accroissement des sinistres, principalement des incendies et des dégâts des eaux.

Enfin, le nombre de sinistres automobiles progresse. « Les Français ont roulé davantage que les années précédentes et le risque d'accidents augmente avec le nombre de kilomètres parcourus », explique Stéphane Pénet. La fréquence « bris de glace » a augmenté de 5 %, sur les six premiers mois de l'année, après une hausse de 7 %, en 2009. Et le coût moyen des réparations s'accroît, à cause de l'évolution technologique et du prix des matériaux employés.

Les critiques des consommateurs. Les associations de consommateurs ont mal accueilli ces annonces. « C'est complètement exhorbitant quand on met ça en face de l'évolution du pouvoir d'achat des gens », s'est indignée Reine-Claude Mader, présidente de la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie). La ministre de l'Économie, Christine Lagarde, a demandé à ses services « d'examiner la réalité du lien entre cette sinistralité et l'augmentation des primes annoncées ». Elle a rappelé que la loi Chatel de 2005 permettait aux assurés de résilier leur contrat d'assurance deux mois avant son échéance, pour prendre le temps de comparer les prix.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.