Revue de presse

Assurland.com assure sur le Web et le Brick & Mortar

Publié par le , Mis à jour le 08/12/2010 à 14:12 , Source : France.internet.com
La place de marché virtuelle spécialisée dans les assurances Assurland joue la carte de la complémentarité entre le Web et les canaux traditionnels de communication des assureurs : téléphone, courrier, fax. Calée sur le B to C, Assurland évolue déjà vers le B to B to C en offrant sa technologie aux portails B to C.

Campé sur le marché français de l'assurance depuis juin dernier – soit sur 200 milliards de francs par an dont 150 milliards captés par les assurances automobiles et habitations – Assurland tire son épingle du jeu. Cette place de marché permet la comparaison de prix via Internet et la transaction "multi-canal", c'est-à-dire via le réseau mais aussi au travers les canaux de communication traditionnels : courrier, fax et téléphone du réseau physique brick & mortar. "Une stratégie qui paye sur un marché anxiogène", raconte Stéphane Guinet qui constate : "Seuls 4% des achats sont effectués en ligne. Sur ce type de produits complexes, les clients ont besoin de parler, de toucher du papier : résultats 96% des transactions sont finalisées par téléphone, par courrier et par e-mail avec la confirmation de devis."

Comment ça marche ? Stéphane Guinet, PDG d'Assurland explique : "La plate-forme d'Assurland permet de créer le plus en amont possible un identifiant client et de conduire la transaction par le canal de son choix. L'interfaçage en temps réel sur les systèmes de tarifications des assureurs permet la comparaison de prix en ligne. Pour l'utilisateur final, ce service est gratuit. Et l'interfaçage en chaîne aval permet de créer des codes clients pour effectuer la mise en relation direct avec l'assureur choisi." En renseignant un questionnaire en ligne dynamique, le consommateur en ligne remonte une sélection de trois assureurs et peut comparer ligne par ligne les offres.

"La place de marché représente aujourd'hui 40% du business plan d'Assurland. D'ici, 2 ans, cette part ne sera plus que de 15%" prévoit déjà Stéphane Guinet. La société offre l'intégration de sa technologie aux portails B to C : AOL, Kelkoo, AutoValley, Bonjour;fr, Annonces-gratuites.fr, BuyCentral, LaCentrale.fr, etc. Ceci se fait sous marque blanche ou en "co-marquage" sur des pages communes hébergées par Assuland. Aussi, 60% du volume d'affaires est aujourd'hui réalisé en B to B avec le partage de revenus avec les assureurs. Demain, il se fera au niveau du B to B to C avec le modèle économique de la vente de licence. "Intéressant pour le portail si la vente d'assurances est une activité stratégique et qu'il réalise au moins 30 ventes par mois," estime Stéphane Guinet. Ticket d'entrée ? Environ 200 000 F HT pour une intégration simple.

Objectifs d'Assurland ? "15 millions de francs pour 2001 pour un investissement réalisé sur l'année en cours de millions de francs dans la R&D et le développement de la plate-forme. En 2001, Assurland réalisera un investissement d'un montant équivalent sur la R&D et le développement et n'a toujours pas mis 1 F dans le marketing," précise Stéphane Guinet. Heureux de constater que le marketing viral produit son effet. Ce mois de novembre enregistre donc 220 000 visites soit environ 130 000 visiteurs uniques pour à peu près 2 millions de pages vues toujours selon ce PDG. "On "incentive" pas encore [ndlr : offrir des points aux meilleurs clients pour les fidéliser] mais on y songe." confie-t-il avant de rappeler que 60% du trafic provient des partenaires.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.