Revue de presse

Assurland se veut un apporteur d'affaires pour les assureurs

Publié par le , Mis à jour le 10/12/2010 à 09:45 , Source : 01 Informatique
- Ce nouveau moteur de comparaison de prix concurrence le portail FirstAssur
- Il espère affilier plus de 70 % des assureurs d'ici la fin de l'année

Fin juin, le lancement d'Assurland.com, le nouveau site web de comparaison de prix de polices d'assurance, s'est fait dans la plus grande discrétion. "Placarder les panneaux publicitaires du tout-Paris n'a que peu d'intérêt, lance tout de go Hugues Delannoy, directeur général de la start up française. Certes, au final, nous touchons les consommateurs. Mais nous nous inscrivons d'abord dans une démarche de place de marché pour le monde de l'assurance." Les fondateurs d'Assurland ont préféré consacrer la moitié des 10 millions de francs levés auprès d'investisseurs privés à la construction de leur portail, entièrement basé sur des technologies Microsoft (IIS, SQL server, etc.). "Nous avons porté beaucoup d'attention à la fusion des questionnaires soumis au visiteur pour en arriver à un modèle unique. Sans quoi, notre idée était inenvisageable", estime Hugues Delannoy. Résultat : les informations dûment saisies dans ce formulaire sont envoyées à l'assureur, qui va jusqu'à renvoyer un numéro de dossier à l'utilisateur du site. Ce dernier compte à ce jour quinze assureurs affiliés, soit environ 45 % du marché, l'objectif étant de dépasser les 70 % d'ici à la fin 2000.
"Nous ne nous contentons pas de comparer les prix. Nous apportons aussi des affaires aux assureurs", indique Hugues Delannoy. Aujourd'hui, sur plus de cinquante mille cotations demandées, quelques centaines d'affaires ont été réalisées. "Nous percevons, en moyenne, de 400 à 500 francs par contrat d'assurance signé", précise Hugues delannoy. Assurland est en avance sur son business plan, qui devrait se traduire par un chiffre d'affaires de près de 10 millions de francs en 2001. En plus de leur apporter des affaires, la jeune société séduit les assureurs grâce à son format pivot de police d'assurance. Etabli en XML , celui-ci se révélera en effet fort utile pour les besoins d'échanges de données entre l'assureur et son réseau de courtier. Du coup, "50% de nos affiliés ont choisi d'utiliser notre police XML", avise Hugues Delannoy. Il faut dire, que contrairement à d'autres secteurs, comme la banque et la finance, dans le monde de l'assurance, "l'EDI n'a jamais fonctionné", conclut le directeur général de la société.

Stéphane Parpinelli
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.