Revue de presse

Auto, habitation et santé, la facture des assurés va s'alourdir en 2011

Publié par le , Mis à jour le 17/12/2010 à 14:30 , Source : Le Parisien
Comme prévu, les tarifs d'assurance vont de nouveau augmenter en 2011, après un premier relèvement en 2010, en automobile, habitation et santé, mais à un rythme moins élevé que celui des coûts supportés par les assureurs, même si les associations de consommateurs ont des réserves.

Quelques grands acteurs comme Groupama, Allianz ou GMF n'ont pas encore fait part de leurs intentions, mais pour les autres, les hausses oscilleront entre 2,5% (Maaf et Maif) et 4,5% (Axa) en automobile
En habitation, les augmentations seront nettement plus marquées, entre 3,5% (Maif) et près de 8% (MMA). En santé, rares sont ceux qui ont déjà communiqué, mais la tendance est à un relèvement d'au moins 5%.
Sur les trois marchés, ces hausses étaient attendues depuis plusieurs mois.

Après une année sombre en 2009, les assureurs ont en effet dû faire face cette année à une succession d'événements climatiques, de la tempête Xynthia aux inondations du Var en passant par les orages de grêle dans le Doubs.

En automobile, s'est ajoutée l'augmentation du coût moyen des réparations, du nombre de bris de glace, ainsi que la hausse du nombre de kilomètres parcourus par les automobilistes, qui a engendré plus d'accidents.

La flambée des coûts a été telle, selon les assureurs, que plusieurs d'entre eux ont choisi de ne la répercuter que partiellement sur les tarifs en 2011.

La Macif assure notamment que la hausse moyenne de la cotisation d'assurance automobile (2,9%) est inférieure de plus de moitié à celle du coût d'indemnisation des sinistres (+6,5%).

"A un moment donné, si la sinistralité (proportion des sinistres rapportée à l'ensemble des assurés) se dégrade, vous êtes obligé de remonter les prix", explique Stanislas di Vittorio, fondateur du comparateur d'assurance en ligne Assurland.
"Mais si vous le faites de manière trop violente, vous allez perdre des assurés", ajoute-t-il. Plus encore que les autres, le marché de l'assurance automobile est l'objet d'une concurrence féroce et le prix y reste le premier argument.
Plutôt que d'opérer un rattrapage brutal dès 2011, certains assureurs vont donc étaler leurs hausses sur plusieurs années.

"Ces années 2010 et 2011 sont plutôt des années de transition", résume Benjamin Serra, analyste de l'agence de notation Moody's.

"On va connaître plusieurs années à 5% (en assurance habitation) pour rattraper" la hausse des coûts, prévoit M. di Vittorio, pour qui "il y a des limites à ce qu'on peut imposer aux gens".

Plusieurs grands assureurs, notamment des mutualistes qui sont très présents en automobile et en habitation, prennent le risque de laisser leurs résultats se dégrader pour ne pas perdre des parts de marché.
Une stratégie qui ne plaît pas aux marchés financiers et aux agences de notation, qui tirent à nouveau la sonnette d'alarme. Fin novembre, l'agence Standard and Poor's a abaissé la note de MMA, évoquant notamment sa politique tarifaire jugée trop mesurée.
Malgré cette modération affichée, cette nouvelle vague de hausse après celle de 2009 est mal accueillie par les associations de consommateurs.

"On trouve que c'est complètement exorbitant quand on met ça face à l'évolution du pouvoir d'achat des gens", s'indigne Reine-Claude Mader, présidente de la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie).
"C'est devenu un usage : dès lors qu'on a besoin d'argent, on demande au consommateur de mettre la main à la poche, mais ces poches ne sont pas si profondes qu'elles en ont l'air", ajoute-t-elle.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.