Revue de presse

Christine Lagarde veut forcer les assurances à se faire concurrence

Publié par le , Mis à jour le 22/10/2012 à 15:59 , Source : France Soir
Un délai unique de résiliation pour faire baisser les prix.

Résilier son contrat d'assurance relève souvent du parcours du combattant. Pour simplifier la démarche et instiller plus de concurrence entre les compagnies, évitant ainsi la valse des taux, le gouvernement, par la voix de Christine Lagarde, a proposé un certain nombre de mesures. Il s'agit de faire jouer la concurrence entre les compagnies et donc de faire baisser le prix des primes. En 2011, ces dernières ont fortement augmenté : 2,5 % en moyenne pour les assurances auto, 3,5 % pour les assurances habitation, et 5 % pour celles relatives à la santé. Une hausse que les professionnels justifient par l'augmentation du nombre de sinistres.

Pour le moment, la résiliation des contrats d'assurance est régie par la loi Chatel, qui date de 2005. « Les choses manquaient de clarté et ces propositions visent à rectifier les ratés de cette loi, explique Anaïs Merino du site Assurland.com. Les compagnies devaient envoyer leur courrier d'avis de résiliation jusqu'à quinze jours avant la date d'échéance, en gros deux mois avant la fin du contrat. Par exemple : pour un contrat qui se termine le 31 décembre, il faut résilier avant le 31 octobre et donc envoyer jusqu'au 16 octobre. »

Une règle un peu floue que de nombreuses assurances contournaient en jouant sur les dates afin de décourager les volontés de résiliation de leurs clients. Parmi les propositions de Christine Lagarde figure donc l'obligation pour les compagnies de prévenir l'assuré vingt jours avant la date anniversaire de son contrat. Auto, habitation, portable, complémentaire santé : tous les secteurs devraient être concernés. Autre mesure souhaitée par Christine Lagarde : l'inscription de manière lisible et claire des droits des assurés sur les possibilités de résiliation lors de chaque appel de prime. « Certaines compagnies avertissaient les clients de manière volontairement floue en écrivant en tout petit », commente Anaïs Merino.

De même, la ministre souhaite qu'un dépliant officiel soit rédigé afin d'aider les assurés en quête d'informations. Enfin, elle souhaite que les différents comparateurs d'assurance soient plus détaillés et informent les clients sur les tarifs et les niveaux de garantie. « En Grande-Bretagne, où les sites comme le nôtre sont plus développés, la concurrence entre les compagnies joue à plein et a permis de tirer les prix des primes vers le bas », conclut Anaïs Mérino, qui rappelle qu'en matière d'assurances, il ne faut pas seulement comparer le prix, mais aussi le détail de la couverture en fonction de son profil et de ses besoins. Ce qui n'est jamais simple. 
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.