Revue de presse

Comment assurer les catastrophes naturelles à l'avenir ?

Publié par le , Mis à jour le 04/02/2021 à 13:11 , Source : Le Monde

La réforme des catastrophes naturelles sera-t-elle suffisante pour sauver le régime ?

Tandis que la tempête Justine a engendré d'importantes inondations, la fréquence et l'importance des catastrophes naturelles pose question. Comment continuer a assurer des biens alors que le déréglement climatique s'intensifie année après année ? Olivier Moustacakis, cofondateur d'Assurland.com, s'est récemment exprimé dans une tribune publiée sur lemonde.fr. 

Assurer les catastrophes naturelles, une spécifité française

L'assurance des catastrophes naturelles est une spécificité française. Seule l'Espagne propose un modèle équivalent. En France, les assurés cotisent via une taxe prélevée sur leurs contrats dommages. Sur les contrats d'assurance habitation, la taxe est actuellement fixée à 12%, et sur les contrats auto, à 6%. Les versements abondent le régime, qui se déclenche une fois que la zone sinistrée est déclarée en catastrophe naturelle. L'état de catastrophe naturelle change plusieurs choses pour les assurés et notamment le montant de la franchise : 380 euros pour tous les sinistrés quel que soit leur contrat, le délai de déclaration qui passe à dix jours au lieu de cinq et l'obligation pour l'assureur de verser une première indemnisation sous deux mois (et l'intégralité sous trois). Problème, depuis cinq ans, les cotisations encaissées par les assureurs sont inférieures au montant des prestations versées. Le régime est donc déficitaire.

La réforme du régime des catnat sera-t-elle suffisante ?

Attendue depuis plusieurs années, une réforme du régime pourrait être adoptée en 2021. L'Assemblée Nationale vient de voter à l'unanimité une série de mesures pour l'adapter aux évolutions du climat. Car les inondations, la sécheresse, les tempêtes... vont frapper de plus en plus souvent et de plus en plus fort. Les propositions votées devraient permettre plus de transparence dans la procédure de reconnaissance des communes en état de catastrophe naturelle et plus de protection pour les sinistrés. Par exemple, ont été votées la suppression de la modulation des franchises, le relogement automatique, l'accélération de l'indemnisation,... Toutefois, Olivier Moustacakis s'interroge. La question du financement n'est pas évoquée. D'autre part, la pérennisation du système ne passera par des mesures techniques. Cette réforme sera-t-elle suffisante ?

L'importance de la prévention

Dans sa tribune, le cofondateur du comparateur d'assurances en ligne rappelle que le maître-mot sera la prévention. Il faut accentuer la protection des fronts de mer, bordures de rivières... réallouer le fonds Barnier à sa vocation première en relogeant les personnes les plus exposées aux crues... Car la violence et le coût du déreglement climatique ne feront qu'augmenter à l'avenir. Les assurés risquent ainsi de voir le coût de leurs contrats dommages exploser avec l'augmentation de la prime catastrophe naturelle qui semble inéluctable selon les experts. 

L'intégralité de la tribune est à lire ici : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/30/assurer-des-biens-dans-un-climat-deregle-coutera-de-plus-en-plus-cher_6068196_3232.html

 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT

}