Revue de presse

Complémentaires santé : comment choisir la meilleure couverture ?

Publié par le , Mis à jour le 06/06/2014 à 16:31 , Source : Le Parisien
23 vues 1 réaction Note

En dix ans, le prix des complémentaires santé, ces contrats personnels qui complètent les remboursements de la Sécurité sociale, a grimpé de 50% « 5% d'augmentation par an, c'est considérable, commente Stanislas di Vittorio, du comparateur en ligne Mutuelleland (Assurland.)


C'est une vraie charge, notamment pour les seniors, les jeunes et les petits revenus ». Surtout qu'en 2011, les tarifs subissent, cette fois, une hausse de 8% a 9% chez quasiment tous les operateurs, soit la plus forte augmentation de la décennie.

Bien évaluer ses besoins

Une inflation qui s'explique par la croissance des dépenses de santé. Mais aussi par le « déremboursement » par la Sécurité sociale de certains médicaments (qui passent cette année de 35% a 30%), des lunettes ou des prothèses (à 60% contre 65%), et de l'alourdissement du « reste à charge » pour les patients en cas d'hospitalisation.

En outre, la loi de finance 2011 instaure une nouvelle taxe sur les contrats « responsables », respectueux de règles éthiques et du parcours de santé préconisé par la Sécurité sociale. Résultat, le budget des Français explose et certains pourraient, dans les mois à venir, avoir très envie de revoir leurs contrats et de faire jouer la concurrence « Une complémentaire santé coûte en moyenne 480 à 500 euros par an, note Jean-Marc CohenSolal, directeur général de la Mutualité française. Mais, attention, le prix ne fait pas tout La bonne complémentaire n'est pas celle qui rembourse le plus, c'est celle qui s'adapte et répond le mieux aux besoins du client ».

Parmi la myriade d'offres proposées par près d'un millier d'acteurs (mutuelles, assurances, courtiers mais aussi banques ou encore organismes de prévoyance , il est souvent difficile de s'y retrouver, de comparer et, donc, de bien sélectionner sa couverture. « C'est le profil du client qui génère le coût de la complémentaire, explique Emmanuel Gorny, chef de projet assurances au sein du cabinet d'études IHS Global Insight Pour bien choisir son contrat, il est primordial d'évaluer ses besoins et d'éviter les prestations superflues ». Les tarifs varient ainsi en fonction de la couverture santé désirée, mais aussi de l'âge de l'assuré, du lieu d'habitation ou encore de la « consommation » des soins, des consultations et des médicaments.

« L'état de santé de la personne n'a cependant pas d'incidence sur la souscription de la complémentaire, précise Yannick Schmitz, directeur général d'IdMacif. Qu'il soit fumeur, cardiaque, diabétique ou pas, l'offre et les services sont identiques ». Ensuite, chaque option doit être minutieusement décortiquée et analysée. « Si dans une famille de 4 personnes, seul un membre porte des lunettes, il n'est peut-être pas judicieux de choisir un contrat qui couvre tout le monde au maximum, conseille Stéphane Lecocq, directeur santé individuelle chez Axa. En revanche, en fonction de l'âge des enfants, une bonne couverture dentaire risque d'être indispensable pour rembourser des dépenses d'orthodontie ». Autre point de vigilance : la formulation des contrats.

Poussés par les associations de consommateurs et le gouvernement, les mutuelles et les assureurs s'engagent désormais à simplifier leurs devis, leurs contrats et leur jargon professionnel. Certains ont ainsi lance des sites d'information gratuits et se sont engagés à respecter les « bonnes pratiques sur la lisibilité des garanties » promulguées par l'Unocam (Union nationale des organismes d'assurance maladie complémentaire) en octobre 2010 Une aide précieuse pour y voir plus clair.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
Quelle assurance et le tarif par moi pour soigner une parondenxie