Inondation dans le Sud : comment fonctionnent les assurances

Accueil > Espace Presse > Revue de Presse > Inondation dans le Sud : comment fonctionnent les assurances

Espace presse : actualité d'Assurland

Revue de presse de l'assurance

Inondation dans le Sud : comment fonctionnent les assurances

|

Après les pluies torrentielles de ce week-end dans le sud de la France, et plus particulièrement en Côte d’Azur, les sinistrés doivent désormais obtenir réparation, surtout après des dommages matériels importants. Les assureurs risquent alors d’être largement sollicités.

Catastrophes naturelles : accélérer les processus d'indemnisation

Dès lundi, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur a rencontré les représentants des assureurs, la Fédération des sociétés d'assurance (FFSA), dans le but d’accélérer le processus d’indemnisation des sinistrés.

En temps normal, les processus d’indemnisation est de 3 mois, avec une provision dans les 2 mois, mais la FFSA a annoncé vouloir raccourcir les délais à 2 mois maximum.

Dès mercredi 07 octobre, l’état de catastrophe naturelle sera décrété, ce qui aura un impact sur les procédures relatives aux victimes des intempéries. Dans l’arrêté de catastrophe naturelle, les victimes pourront découvrir les zones et les périodes concernées par l’indemnisation. De plus, l’arrêté précisera les dommages pris en charge. A partir de cet arrêté, les victimes concernées ont 10 jours pour déclarer les sinistres auprès de leur compagnie d’assurance.

Il n’est toutefois pas obligatoire d’attendre l’arrêté pour déclarer à l’assureur le sinistre.

Les démarches après une cat’nat’

Afin de faciliter les démarches, certains assureurs ont déjà mis en place des numéros spéciaux ou des accueils spéciaux.

Les catastrophes naturelles ne sont pas automatiquement prises en charge par l’assurance habitation. Pour que cela soit automatique, il faut avoir souscrit une multirisque habitation (MRH). Attention, même avec une couverture contre les cat’ nat’, si la maison sinistrée est située en zone rouge, c’est-à-dire en zone non constructible ou inondable.

Stanislas di Vittorio, PDG d'Assurland, explique par ailleurs que les sinistrés ont tout intérêt « à prendre toutes les précautions pour que les dommages ne s'aggravent pas, sans quoi [leur] responsabilité sera engagée. S'il y a un trou dans [le] toit et [que le sinistré] ne le bouche pas, [il] ne serez pas remboursés des dégâts qui seront causés a posteriori »

En déclarant le sinistre à l’assureur, les sinistrés doivent décrire précisément les dommages, ainsi que la liste des objets sinistrés. A cette liste il ne faut pas hésiter à joindre toute preuve telle que des photos ou des factures d’achats ou même des témoignages de voisins. Les objets qui semblent totalement perdus ne doivent pas être jetés, afin qu’un expert puisse les examiner. « Ça se corse quand vous avez des objets de valeurs », indique Stanislas di Vittorio.

En cas de travaux urgents, il est conseillé de conserver toutes  les factures des professionnels mandatés ou des matériaux achetés.

Enfin, il existe des franchises. Ce restant à charge est de 380 euros pour les biens à usage des particuliers et environ 10% des dommages pour les biens à usage professionnel

Catastrophe naturelle : côté assurance auto

En cas de perte de la voiture lors d’une catastrophe naturelle, c’est du côté de l’assurance automobile qu’il faudra se tourner. Une voiture assurée au tiers ne sera pas indemnisée, mais une voiture assurée en tous risques le sera.

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2015/10/05/inondations-cote-azur-comment-marchent-assurances-catastrophe-naturelle_n_8243090.html 

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS