Revue de presse

L'envolée prévisible des primes d'assurance

Publié par le , Mis à jour le 17/12/2010 à 14:42 , Source : Le Figaro
Les compagnies d'assurances comme les mutuelles préparent le terrain : les primes d'assurance vont augmenter substantiellement lors des prochaines révisions de tarifs. Et attendant, la hausse est très sensible pour les nouvelles souscriptions de contrat. La Fédération nationale des syndicats d'agents généraux d'assurance (Agea) prévoit une augmentation de 5 à 6% des tarifs de l'assurance des particuliers. Ces nouveaux tarifs, qui ne sont pas fixés de manière définitive par les assureurs, seront applicables au 1er janvier ou, plus fréquemment, au 1er avril, selon les contrats.

Ainsi, Axa annonce une augmentation de 3 à 5% pour les contrats auto et de 4 à 6% pour la multirisque habitation (MRH).Ces augmentations seront définitevement arrêtées courant janvier pour être effectives au 1er avril prochain.

La Macif, qui s'autofélicite de sa bonne gestion, prévoit tout de même une hausse moyenne des primes de 2% au 1er avril.La hausse ne sera pas la même pour tous les assurés : la Macif compte onze régions et les augmentations seront comprises entre 1 et 4%. Mais attention, pour les nouveaux adhérents, ces tarifs s'appliquent à compter du 1er janvier. Certains assureurs, comme les AGF annoncent une hausse de leurs tarifs pou 2003, sans toutefois donner plus de précisions. Pour sa part, Maaf-MMA fixera ses nouveaux tarifs en janvier, pour application au 1er avril. Le groupe pourrait faire exception à la règle et maintenir les primes au même niveau que cette année, sauf pour les assurances auto qui augmenteraient de 1 à 2%.

Une hausse qui s'inscrit finalement dans la continuité. En effet, depuis le 1er janvier 2000, les tarifs des nouveaux contrats d'aasurance ont augmenté de près de 13% selon le courtier en ligne, Assurland.com. Le site se fonde surles devis transmis aux vingt assureurs partenaires de son site. le courtier cherche essentiellement à démontrer que la hausse n'est pas propre à cette année mais qu'elle est belle et bien sensible depuis plusieurs années.

Qu'est-ce qui justifie une telle hausse? Les assureurs ne manquent pas d'arguments. La baisse des marchés boursiers est évoquée :les actifs des companies ayant fondu comme neige au soleil, il faut bien compenser les pertes. Autre motiff, l'augmentation du prix des réparations. Les assureurs montrent du doigt les garagistes et les entrepreneurs, rejetant sur eux une partie de la faute. le 11 septembre n'est pas en reste. Les réassureurs ayant augmenté les primes demandées aux assureurs, ce sont les assurés qui finalement payent une partie de la facture en bout de course. Enfin, les tempêtes et les inondations à répétition viennent aussi alourdir le montant des indemnisations que déboursent les assureurs. " Or, les contrats MRH comportent un volet " catastrophes naturelles ". Il n'est pas normal que les assureursutilisentce prétexte pour augmenter aujourd'hui leurs tarifs ", s'insurge Laurent Gomis, juriste consommation à la CLCV (une association de consommateurs).
De même, lorsque les Bourses flambaient, les assureurs ne baissaient pas particulièrement leurs tarifs.

Reste l'arme du consommateur : changer d'assureur s'il considère que l'augmentation est trop importante. Premier cas, votre contrat comporte une clause "révision" ou "adaptation" des cotisations. généralement, vous êtes informé par l'avis d'échéance. Après réception, vous disposez de 15 jours ou d'un mois, selon les contrats, pour demander la résiliation de votre contrat, par lettre recommandée. Attention, certains contrats comportent un "tauxminimal d'augmentation". Si l'augmentation est inférieure au taux qui figure dans le contrat, vous ne pouvez pas le résilier à l'occasion de cette hausse.
Deuxième cas, votre contrat ne comporte pas de clause de révision des cotisations. Votre assureur n'a pas alors le droit de la modifier sans votre accord. Vous pouvez refuser l'augmentation et demander que la prime soit recalculée d'après l'ancient tarif. Mais votre assureur peut alors décider unilatéralement de résilier votre contrat à l'échéance annuelle suivante.
Enfin, si vous êtes titulaire d'un contrat indexé, l'augmentation peut résulter de l'application de cet indice (dont la nature est précisée dans le contrat). Vous ne pouvez donc pas vous appuyer sur la hausse des tarifs pou résilier votre contrat.

Dans tous les cas, vous avez aussi la possibilité de résilier votre contrat en envoyant une lettre recommandée à votre assureur deux mois avant son échéance.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.