Revue de presse

Les assureurs doivent trouver leurs marques sur le Net

Publié par le , Mis à jour le 11/05/2017 à 17:09 , Source : Argus de l'assurance

ENQUETE : Selon Assurland, les internautes semblent prêts à souscrire des contrats en ligne, mais ils sont exigeants sur la qualité de service.

Le modèle de l'assurance sur Internet se présice : s'il sert encore surtout à obtenir des avis (96%) et à chercher de l'information sur les produits et les assureurs (55%), il est désormais considéré comme un moyen de souscription (à 46% en 2008 contre 15% en 2006), mais aussi comme un outil pour gérer les contrats (22% contre 13%).

Erreur d'appréciation de la demande

Dans un contexte économique resserré autour de la question du pouvoir d'achat, rien d'étonnant à ce que l'enquête réalisée par le comparateur Assurland mette en première place les économies comme un avantage pour 88% (contre 70% en 2006) des personnes interrogées. Selon elles, l'accès continu ainsi que le gain de temps font aussi partie des bénéfices qu'offre le Web.
Il faudra toutefois attendre un peu pour que les souscriptions s'envolent. L'enquête annuelle révèle une insatisfaction concernant la simplicité d'emploi ("ergonomie") et les conditions d'achat. Bref, l'assurance n'est pas encore au niveau général de l'e-commerce. "Les premiers pas sur Internet servent de test" rappelle Jean Azéma, directeur général de Goupama SA et président de la Fédération française des sociétés d'assurances mutuelles (FFSAM), invité d'honneur de la conférence d'Assurland. Goupama a lancé au début de l'été une offre entièrement en ligne : Amaguiz.com. Il fait partie des nouveaux venus sur Assurland avec idMacif.fr ou ALOA assurances. "Au début, nous avions imaginé que l'internaute souhaiterait construire son propre produit en choisissant lui-même ses options, explique Jean Azéma. Tout faux : il préfère un package déjà prêt."Aujourd'hui, le site recueille 4 000 visites par semaine et n'a généré la souscription que "de quelques dizaines de contrats".

Une cible de conquête en marque propre

En outre, alors que l'internaute se dirige d'abord vers les marques connues, Goupama a choisi d'adopter un autre nom en laissant apparaitre l'ombrelle verte au bas de l'écran. "La campagne publicitaire, qui a nécessité un budget important pour installer la marque, doit commencer le 21 septembre", nuance Jean Azéma. L'assureur estime à 100 euros le coût d'acquisition d'un client par ce canal direct et évalue à cinq ans le temps necessaire pour rentabiliser l'opération.
A l'avenir, il considère qu'Internet aura 15% de parts de marché sur les particuliers... sans impact sur le réseau des agents, "puisqu'il s'agit avant tout d'un canal de conquête". Quant aux clients plus traditionnels, qui iraient gérer leur dossier sur le site vitrine de Groupama.fr, "cela libère du temps commercial pour les clients et les prospects", résume Jean Azéma, avant de rappeler que le maillage des agences sur le territoire, rationalisé il y a quelques années, ne sera pas modifié.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.