Revue de presse

Les comparateurs pourraient changer la donne

Publié par le , Mis à jour le 08/11/2018 à 10:14 , Source : Le Monde

Alors que l'utilisation d'Internet gagne tous les aspects de la vie quotidienne, la souscription d'un contrat d'assurance échappe encore à cette évolution. Sa part est si faible, comparée aux autres modes de distribution, qu'elle est difficilement quantifiable, représentant environ 4% de l'ensemble de contrats vendus en auto, habitation ou santé.

Pour bousculer ce marché ou au moins le faire frémir, les initiatives se multiplient depuis le début de l'année avec l'arrivée de nouveaux comparateurs en ligne, comme LeLynx fr, filiale du leader britannique confused.com en janvier et Automotocompare fr, créé par TFI en septembre. Le groupe Figaro a, de son côte, lancé en octobre un courtier en ligne cplussur.com qui arbitre entre les meilleures offres.

«L'assurance reste l'un des derniers bastions dans lequel les gens ne pensent pas spontanément à comparer les offres, pour eux, ce n'est pas naturel », constate Diane Larramendy, directrice marketing de LeLynx.fr. Elle s'appuie sur une étude réalisée pour sa société par TNS constatant que 69 % des Français n'ont pas comparé leur contrat d'assurance auto dans les douze derniers mois. «Le moment est particulièrement propice pour le développement des comparateurs car nous sommes revenus dans des périodes de hausse des tarifs auto », ajoute-t-elle.

Ce sentiment est relativisé par Stanislas Di Vittorio, fondateur d'Assurland, l'un des plus anciens sites français, créé voici dix ans. «Nous avons connu des marchés en hausse ou en baisse, mais cela n'a jamais eu d'impact sur notre activité ». Fort de son expérience, Assurland, qui revendique 80% du marche en ligne - le reste étant reparti entre des sites comme Kelassur et Hyperassur- se veut prudent quant au rythme de développement. «L'évolution ne se fera pas du jour au lendemain car l'assurance n'est qu'une petite partie de la vie des gens », ajoute-t-il.

Des experts plus crédibles

Cela ne l'empêche pas de participer à d'autres initiatives, comme la création d'Automotocompare.fr, la chaîne qui compte sur son émission « Automoto » pour le développer. Ce site est une copie d'Assurland « TFI gère le trafic et le développement de la publicité, nous garantissons la mise en place technique et la gestion de la plateforme », explique M Di Vittorio.

Pour Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet de conseil Facts & Figures, « l'émergence des comparateurs bouleversera le mode de distribution de l'assurance dans les années à venir ».

II insiste sur leur légitimité analogue « à celle de la FNAC quand elle propose des études comparatives sur des appareils photo. Ses arguments sont plus crédibles que ceux avancés par les fabricants ».

Cet expert relève une autre évolution sur Internet, celle du « push e-mailing » « consistant à acheter des adresses. Net et à envoyer des messages publicitaires pour souscrire des assurances ». Pour Cyrille Chartier-Kastler, si ce marché n'en est qu'à ses débuts, c'est une « véritable révolution silencieuse » des modes de distribution qui se profile. Mais cela nécessitera énormément de moyens financiers.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.