Revue de presse

Positionné sur le difficile marché de la comparaison en ligne d'assurances, Assurland parvient à atteindre l'équilibre financier

Publié par le , Mis à jour le 17/12/2010 à 14:46 , Source : Digital Business
Assurland franchit un cap. Lancé en juin 2000, le site de comparaison des offres d'assurance est désormais à l'équilibre. Une situation rare sur un marché qui se cherche encore et qui a donné lieu à quelques déboires retentissants durant l'année passée, marquée notamment par la mise en liquidation judiciaire d'Assurway. Un acteur pourtant soutenu à hauteur de 2,3 ME par Siparex, Aquasourça et la Socadif.

"Le potentiel de croissance du marché à court terme a été surestimé. Beaucoup d'Internautes sont encore plongés dans une phase d'apprentissage du média et sont bien loin de passer à une utilisation transactionnelle du Web. Nous estimons ainsi qu'un Internaute ne commence à utiliser nos services qu'après deux ans de pratique du réseau. Une certaine maîtrise de l'outil Internet en effet est nécessaire pour remplir un formulaire de cotation", explique Stanislas Di Vittorio, cofondateur de gérant d'Assurland. Dans de telles conditions, Assurland a bien évidemment réduit sa structure de coûts, afin de l'ajuster aux perspectives de revenus du marché. Une manoeuvre qui n'est pas passée par un redimensionnement des effectifs de la société, qui rassemble aujourd'hui 8 collaborateurs, mais plutôt par une évolution plus naturelle. "C'est notre période de lancement qui a été la plus gourmande en investissements. Il s'agissait alors de financer nos outils technologiques et nos campagnes marketing. Cette phase intensive de dépenses s'est faite sur l'exercice 2000 et ces coûts de démarrage se sont naturellement réduits en 2001", poursuit Stanislas Di Vittorio. Et Assurland d'avoir pu assumer un CA moins important que prévu.

Bâtissant son modèle économique sur un commission-nement perçu sur les affaires apportées à ses 19 partenaires assureurs, le site n'a effectivement dégagé que 1,08 ME de revenus, pour un objectif initial de 1,8 ME. Il n'empêche, Assurland a pu atteindre le break-even tout en imposant son concept sur la Toile. Alors qu'il revendique de 150 000 à 300 000 visiteurs uniques mensuels, le site a enregistré en 2001 quelque 578 000 cotations d'assurances pour 10 742 polices souscrites. Au total, 6,3 ME de primes d'assurances ont été vendus par l'intermédiaire d'Assurland. Des performances qui permettent à la société d'afficher aujourd'hui un objectif de 100% de croissance annuelle sur 2002. "Nous restons convaincus que le Web et le monde de l'assurance, qui propose des produits dématérialisés et nécessitant une forte personnalisation, sont faits l'un pour l'autre. Si des coûts de démarrage élevés et l'adhésion moins rapide que prévue des Internautes ont fait des dégâts, nous avons à peine puisé dans le potentiel de croissance du marché", estime Stanislas Di Vittorio. Afin d'assurer sa montée en régime, Assurland estime disposer d'ores et déjà de ressources financières suffisantes.

Ayant bénéficié en avril dernier de 3,8 ME apportés par Cairnwood Corporation et ses quatre investisseurs privés historiques (qui avaient financé la société à hauteur de 2,2 ME en 2000), la société ne se ferme cependant pas la porte à d'éventuelles acquisitions. En revanche, aucune perspective de développement à l'international n'est aujourd'hui à l'ordre du jour d'Assurland. "Les marchés locaux sont tous très spécifiques et les coûts de démarrage y sont élevés. Si jamais nous franchissons les frontières, cela se fera très vraisemblablement par l'entremise de partenariats", conclut Stanislas Di Vittorio.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.