Revue de presse

Trois bonnes raisons de changer d'assurance auto

Publié par le , Mis à jour le 17/12/2010 à 14:30 , Source : Challenges
Trois bonnes raisons de changer d'assurance auto
par Agnès Severin

Banques, mutuelles et compagnies multiplient les offres. Dans cette profusion, conducteurs débutants ou plus aguerris peuvent dénicher la perle rare. Les prix, le service et l'assistance font la différence.

Challenges.fr | 20.04.2006

Depuis janvier, la loi Chatel permet de changer plus facilement d'assureur. Le législateur oblige désormais les compagnies à prévenir leurs assurés à temps pour qu'ils puissent résilier leur contrat dans les délais légaux : au plus tard un mois avant l'échéance de renouvellement. Cette date butoir correspond à la date anniversaire de la souscription, ou peut être fixée au 1er janvier ou au 1er avril. En pratique, il est donc encore temps pour certains de faire des infidélités à leur assureur : en effet, si l'assureur envoie son avis moins de quinze jours avant la date fatidique, un délai supplémentaire de vingt jours permet au client de résilier son contrat. Il faut en profiter pour aller voir ce qui se passe du côté de la concurrence : sur un marché aussi compétitif, il y a toujours des occasions à saisir, pour dénicher un meilleur tarif ou être mieux couvert, à prime égale.

Le prix, argument primordial
C'est le premier motif de mécontentement des assurés, leur fidélité est en effet rarement récompensée. « L'assurance, ce n'est pas comme le bon vin, cela s'améliore rarement avec le temps, note Stanislas Di Vittorio, fondateur et administrateur du site comparateur d'assurances Assurland. Souvent les contrats ne sont pas chers au départ, et les primes grimpent avec les années. » Explication de ce paradoxe : les stratégies marketing des assureurs consistent encore souvent à mettre le paquet sur les prospects en leur proposant de nouveaux contrats toujours plus compétitifs en fonction de profils particuliers. Les anciens assurés ont donc intérêt à vérifier si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs et s'ils veulent profiter des baisses les plus fortes du marché.
Après des baisses de 1 à 10 % en 2005 (grâce à la réduction du nombre d'accidents), la tendance générale est au statu quo cette année, car les invalidités graves pèsent lourd dans les comptes des compagnies. Quelques acteurs font cependant figure d'exception : la Macif affiche encore une baisse de 2,5 %, la Maif et GMF réduisent toutes deux leurs primes de 4 %, le Crédit agricole va jusqu'à 6 % en formule haut de gamme, BNP Paribas, enfin, a baissé ses tarifs à cinq reprises depuis janvier 2005.
En choisissant la concurrence, les assurés auront aussi plus de chances de trouver la compagnie qui soigne particulièrement leur profil ( voir tableau page ci-contre ). Car les tarifs sont de plus en plus segmentés en fonction du type de véhicule et de son millésime, ainsi que de l'âge, de l'expérience et du mode de conduite du chauffeur (le fameux bonus-malus).
Les bons conducteurs ont tout intérêt à multiplier les demandes de devis. « La nouvelle politique de répression sur les routes a été particulièrement efficace auprès de cette catégorie de conducteurs : ce sont eux qui ont vu leur nombre d'accidents baisser le plus, précise encore Stanislas Di Vittorio. Ce sont donc eux qui bénéficient des réductions de primes les plus importantes. » C'est le cas à la Macif, au Crédit mutuel ou chez Pacifica (qui appartient au groupe Crédit agricole).
Autre segment de marché qui profite des réductions de primes, notamment chez Axa, les jeunes conducteurs : ils assurent la relève dans les portefeuilles des compagnies.
Mais par-delà le tarif, le changement d'enseigne peut permettre d'enrichir leur contrat. Car il ne s'agit pas uniquement de faire le choix du plus offrant : les garanties doivent elles aussi tenir la route.

Les garanties et les assistances
Les garanties des contrats sont relativement standardisées, mais attention d'avoir le produit qui correspond précisément à votre véhicule et à vos habitudes de conduite. Et c'est surtout l'assistance qui fait la différence.
Schématiquement, les détenteurs de véhicules de plus de quatre ou cinq ans, tout comme les petits budgets, se contentent d'une formule de base, dite « au tiers ». Ils remplissent ainsi leur obligation légale d'assurance en responsabilité civile (RC) : s'ils provoquent un accident, cette garantie couvre les victimes. Les formules d'entrée de gamme récentes incluent de plus en plus souvent la garantie conducteur responsable, qui couvre l'invalidité de ce dernier. L'option bris de glace est également intéressante pour ces profils, la facture en cas de sinistre de ce type peut en effet se compter en centaines d'euros.
Quant aux propriétaires de voitures plus récentes, ils ont besoin, en plus, d'être protégés contre le vol, ainsi que contre les incendies et les risques naturels (événements climatiques et catastrophes naturelles) : la formule tiers plus vol est parfaitement adaptée à leur cas ( voir tableau 2e profil ). En ajoutant la garantie dommages tous accident, ils passent en formule haut de gamme : la tous risques, plus coûteuse ( voir 1er et 3e profils ). Les contrats les plus complets offrent à ce type de profil une indemnisation en « valeur à neuf » : il s'agit de la valeur de rachat, qui est bien supérieure à la valeur « à dire d'expert ». Elle permet d'aller bien au-delà de l'argus.
Cerise sur le gâteau, l'assistance permet de distinguer les offres qui facilitent le plus la vie des assurés en cas d'incidents. Exemples particulièrement intéressants : les avances de soins médicaux et le rapatriement de l'étranger, le remorquage « zéro kilomètre », ou encore un véhicule de remplacement prêté en cas de panne ou d'accident. Ces deux dernières garanties sont comprises dans l'offre de la Société générale, tout comme dans celle de BNP Paribas, qui ajoute en outre une valeur à neuf valable dix-huit mois. De son côté, Axa vient de lancer, sans supplément de tarif, un service dépose express en quinze minutes en cas d'accident. « La tendance est à enrichir les services pour faciliter la vie des assurés , rappelle Olivier Lamarque, directeur marketing et communication de Direct Assurance. A chacun d'évaluer ses besoins concernant ces garanties dites “de confort”. »

La qualité du service proposé
On ne découvre malheureusement la qualité d'une assurance qu'en cas d'accident ou de panne. Quelques éléments permettent cependant de se faire une idée dès la souscription : les horaires de disponibilité, la taille du réseau, ainsi que les éventuels engagements sur les délais de règlement des sinistres. Et dans ce domaine, qualité n'est pas forcément synonyme de coup de bambou. Dans les comparaisons réalisées par le site Assurland ( voir tableau ), Direct Assurance est la plupart du temps le plus compétitif sans que le service soit pour autant négligé. « Direct Assurance nous a dépannés en dix minutes en rase campagne , témoigne un client. Tout s'est réglé par téléphone : ils se sont montrés très rassurants, c'est précieux en situation de stress ! »


A chaque conducteur correspond son offre privilégiée

Jeune conducteur:
Type de véhicule : Voiture de ville : Peugeot 206 4 CV diesel, achetée en 2003
Profil : Célibataire de 32 ans, roulant à Lyon, 8 000 km par an, usage privé et domicile-travail. Bonus de 0,5
Formule tous risques : Responsabilité civile plafonnée à 100 millions d'euros.Garantie du conducteur responsable jusqu'à 80 000 euros.Assuré bris de glace + incendie, catastrophe naturelle, événements climatiques + vol + dommages tous accidents. Franchise de l'ordre de 150 euros (vol), 80 (bris).
Mutuelles
MMA : 327 euros/an
MAAF Assurances : 376,84
Macif : 477,35
Banques
Société générale : 376,24 euros/an
Banques populaires : 367,03
BNP Paribas : 397
Compagnies
Axa : 306 euros/an
Azur-GMF : 472,13
Groupama Gan : 388
Assureurs en direct
Eurofil (groupe Aviva) : 388 euros/an

Couple:
Type de véhicule : Monospace : Renault Scénic Air 6 CV diesel, achetée en 2001
Profil :Couple de 36 et 41 ans, roulant à Paris, 8 000 à 20 000 km par an, usage privé et domicile-travail. Bonus de 0,5
Formule « tiers + vol » : Responsabilité civile plafonnée à 100 millions d'euros.Garantie du conducteur responsable jusqu'à 80 000 euros.
Mutuelles
MMA : 355
MAAF Assurances : 330
Macif : 271,74
Banques
Société générale : 249,82
Banques populaires : 288,74
BNP Paribas : 316
Compagnies
Axa : 286
Azur-GMF : 275,06
Groupama Gan : 419
Assureurs en direct
Direct Assurance (groupe Axa) : 265

Couple aisé
Type de véhicule : Haut de gamme : Citroën C5, 8 CV diesel, achetée en 2005
Profil : Couple de 47 et 52 ans, roulantà La Roche-sur-Yon, 8 000 km par an, usage privé et domicile-travail. Bonus de 0,5
Formule tous risques : Responsabilité civile plafonnée à 100 millions d'euros.Garantie du conducteur responsable jusqu'à 80 000 euros.Assuré bris de glace + incendie, catastrophe naturelle, événements climatiques + vol + dommages tous accidents. Franchise de l'ordre de 150 euros (vol), 80 (bris).
Mutuelles
MMA : 316
MAAF Assurances : 320,32
Macif : 476,9
Banques
Société générale : 408,85
Banques populaires : 488,93
BNP Paribas : 403
Compagnies
Axa : 266
Azur-GMF : 398,07
Groupama Gan : 446
Assureurs en direct
Nexx (groupe Maaf) : 377




Depuis janvier, la loi Chatel permet de changer plus facilement d'assureur. Le législateur oblige désormais les compagnies à prévenir leurs assurés à temps pour qu'ils puissent résilier leur contrat dans les délais légaux : au plus tard un mois avant l'échéance de renouvellement. Cette date butoir correspond à la date anniversaire de la souscription, ou peut être fixée au 1er janvier ou au 1er avril. En pratique, il est donc encore temps pour certains de faire des infidélités à leur assureur : en effet, si l'assureur envoie son avis moins de quinze jours avant la date fatidique, un délai supplémentaire de vingt jours permet au client de résilier son contrat. Il faut en profiter pour aller voir ce qui se passe du côté de la concurrence : sur un marché aussi compétitif, il y a toujours des occasions à saisir, pour dénicher un meilleur tarif ou être mieux couvert, à prime égale.




Le prix, argument primordial
C'est le premier motif de mécontentement des assurés, leur fidélité est en effet rarement récompensée. « L'assurance, ce n'est pas comme le bon vin, cela s'améliore rarement avec le temps, note Stanislas Di Vittorio, fondateur et administrateur du site comparateur d'assurances Assurland. Souvent les contrats ne sont pas chers au départ, et les primes grimpent avec les années. » Explication de ce paradoxe : les stratégies marketing des assureurs consistent encore souvent à mettre le paquet sur les prospects en leur proposant de nouveaux contrats toujours plus compétitifs en fonction de profils particuliers. Les anciens assurés ont donc intérêt à vérifier si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs et s'ils veulent profiter des baisses les plus fortes du marché.
Après des baisses de 1 à 10 % en 2005 (grâce à la réduction du nombre d'accidents), la tendance générale est au statu quo cette année, car les invalidités graves pèsent lourd dans les comptes des compagnies. Quelques acteurs font cependant figure d'exception : la Macif affiche encore une baisse de 2,5 %, la Maif et GMF réduisent toutes deux leurs primes de 4 %, le Crédit agricole va jusqu'à 6 % en formule haut de gamme, BNP Paribas, enfin, a baissé ses tarifs à cinq reprises depuis janvier 2005.
En choisissant la concurrence, les assurés auront aussi plus de chances de trouver la compagnie qui soigne particulièrement leur profil ( voir tableau page ci-contre ). Car les tarifs sont de plus en plus segmentés en fonction du type de véhicule et de son millésime, ainsi que de l'âge, de l'expérience et du mode de conduite du chauffeur (le fameux bonus-malus).
Les bons conducteurs ont tout intérêt à multiplier les demandes de devis. « La nouvelle politique de répression sur les routes a été particulièrement efficace auprès de cette catégorie de conducteurs : ce sont eux qui ont vu leur nombre d'accidents baisser le plus, précise encore Stanislas Di Vittorio. Ce sont donc eux qui bénéficient des réductions de primes les plus importantes. » C'est le cas à la Macif, au Crédit mutuel ou chez Pacifica (qui appartient au groupe Crédit agricole).
Autre segment de marché qui profite des réductions de primes, notamment chez Axa, les jeunes conducteurs : ils assurent la relève dans les portefeuilles des compagnies. Mais par-delà le tarif, le changement d'enseigne peut permettre d'enrichir leur contrat. Car il ne s'agit pas uniquement de faire le choix du plus offrant : les garanties doivent elles aussi tenir la route.

Les garanties et les assistances
Les garanties des contrats sont relativement standardisées, mais attention d'avoir le produit qui correspond précisément à votre véhicule et à vos habitudes de conduite. Et c'est surtout l'assistance qui fait la différence.
Schématiquement, les détenteurs de véhicules de plus de quatre ou cinq ans, tout comme les petits budgets, se contentent d'une formule de base, dite « au tiers ». Ils remplissent ainsi leur obligation légale d'assurance en responsabilité civile (RC) : s'ils provoquent un accident, cette garantie couvre les victimes. Les formules d'entrée de gamme récentes incluent de plus en plus souvent la garantie conducteur responsable, qui couvre l'invalidité de ce dernier. L'option bris de glace est également intéressante pour ces profils, la facture en cas de sinistre de ce type peut en effet se compter en centaines d'euros.
Quant aux propriétaires de voitures plus récentes, ils ont besoin, en plus, d'être protégés contre le vol, ainsi que contre les incendies et les risques naturels (événements climatiques et catastrophes naturelles) : la formule tiers plus vol est parfaitement adaptée à leur cas ( voir tableau 2e profil ). En ajoutant la garantie dommages tous accident, ils passent en formule haut de gamme : la tous risques, plus coûteuse ( voir 1er et 3e profils ). Les contrats les plus complets offrent à ce type de profil une indemnisation en « valeur à neuf » : il s'agit de la valeur de rachat, qui est bien supérieure à la valeur « à dire d'expert ». Elle permet d'aller bien au-delà de l'argus.
Cerise sur le gâteau, l'assistance permet de distinguer les offres qui facilitent le plus la vie des assurés en cas d'incidents. Exemples particulièrement intéressants : les avances de soins médicaux et le rapatriement de l'étranger, le remorquage « zéro kilomètre », ou encore un véhicule de remplacement prêté en cas de panne ou d'accident. Ces deux dernières garanties sont comprises dans l'offre de la Société générale, tout comme dans celle de BNP Paribas, qui ajoute en outre une valeur à neuf valable dix-huit mois. De son côté, Axa vient de lancer, sans supplément de tarif, un service dépose express en quinze minutes en cas d'accident. « La tendance est à enrichir les services pour faciliter la vie des assurés , rappelle Olivier Lamarque, directeur marketing et communication de Direct Assurance. A chacun d'évaluer ses besoins concernant ces garanties dites “de confort”. »

La qualité du service proposé
On ne découvre malheureusement la qualité d'une assurance qu'en cas d'accident ou de panne. Quelques éléments permettent cependant de se faire une idée dès la souscription : les horaires de disponibilité, la taille du réseau, ainsi que les éventuels engagements sur les délais de règlement des sinistres. Et dans ce domaine, qualité n'est pas forcément synonyme de coup de bambou. Dans les comparaisons réalisées par le site Assurland ( voir tableau ), Direct Assurance est la plupart du temps le plus compétitif sans que le service soit pour autant négligé. « Direct Assurance nous a dépannés en dix minutes en rase campagne , témoigne un client. Tout s'est réglé par téléphone : ils se sont montrés très rassurants, c'est précieux en situation de stress ! »


A chaque conducteur correspond son offre privilégiée

Jeune conducteur:
Type de véhicule : Voiture de ville : Peugeot 206 4 CV diesel, achetée en 2003
Profil : Célibataire de 32 ans, roulant à Lyon, 8 000 km par an, usage privé et domicile-travail. Bonus de 0,5
Formule tous risques : Responsabilité civile plafonnée à 100 millions d'euros.Garantie du conducteur responsable jusqu'à 80 000 euros.Assuré bris de glace + incendie, catastrophe naturelle, événements climatiques + vol + dommages tous accidents. Franchise de l'ordre de 150 euros (vol), 80 (bris).
Mutuelles
MMA : 327 euros/an
MAAF Assurances : 376,84
Macif : 477,35
Banques
Société générale : 376,24 euros/an
Banques populaires : 367,03
BNP Paribas : 397
Compagnies
Axa : 306 euros/an
Azur-GMF : 472,13
Groupama Gan : 388
Assureurs en direct
Eurofil (groupe Aviva) : 388 euros/an

Couple:
Type de véhicule : Monospace : Renault Scénic Air 6 CV diesel, achetée en 2001
Profil :Couple de 36 et 41 ans, roulant à Paris, 8 000 à 20 000 km par an, usage privé et domicile-travail. Bonus de 0,5
Formule « tiers + vol » : Responsabilité civile plafonnée à 100 millions d'euros.Garantie du conducteur responsable jusqu'à 80 000 euros.
Mutuelles
MMA : 355
MAAF Assurances : 330
Macif : 271,74
Banques
Société générale : 249,82
Banques populaires : 288,74
BNP Paribas : 316
Compagnies
Axa : 286
Azur-GMF : 275,06
Groupama Gan : 419
Assureurs en direct
Direct Assurance (groupe Axa) : 265

Couple aisé
Type de véhicule : Haut de gamme : Citroën C5, 8 CV diesel, achetée en 2005
Profil : Couple de 47 et 52 ans, roulantà La Roche-sur-Yon, 8 000 km par an, usage privé et domicile-travail. Bonus de 0,5
Formule tous risques : Responsabilité civile plafonnée à 100 millions d'euros.Garantie du conducteur responsable jusqu'à 80 000 euros.Assuré bris de glace + incendie, catastrophe naturelle, événements climatiques + vol + dommages tous accidents. Franchise de l'ordre de 150 euros (vol), 80 (bris).
Mutuelles
MMA : 316
MAAF Assurances : 320,32
Macif : 476,9
Banques
Société générale : 408,85
Banques populaires : 488,93
BNP Paribas : 403
Compagnies
Axa : 266
Azur-GMF : 398,07
Groupama Gan : 446
Assureurs en direct
Nexx (groupe Maaf) : 377


 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.