Revue de presse

Vers une hausse des tarifs des complémentaires santé

Publié par le , Mis à jour le 10/10/2011 à 15:21 , Source : La Tribune
Le budget 2012 prévoit l'augmentation de la taxe spéciale sur les conventions d'assurance. Une hausse que les mutuelles ne peuvent que répercuter.

L’ idée de créer un impôt sur la maladie, c'est une blague ? , interroge la Mutualité française dans sa dernière campagne de communication, lancée au lendemain de l'annonce par François Fillon de l'augmentation de la taxe spéciale sur les conventions d'assurance (TSCA), créée un an plus tôt.

Apparemment non, puisque cette hausse a été confirmée lors de la présentation en Conseil des ministres, mercredi 28 septembre, du projet de loi de finances pour 2012. « La répercussion peut être lourde, de plus de 5 %. Les sociétés bien installées augmenteront la santé entre 2 % et 5 % », prophétise Gérard Andreck, le président du Gema, le Groupement des entreprises mutuelles d'assurances. Face à cette hausse généralisée, l'association de consommateurs CLCV a mené l'enquête pour savoir quelle compagnie rembourse le mieux. Elle a étudié et analysé les offres de 24 prestataires pour des couples à trois âges de leur vie, à savoir un jeune couple de 26-27 ans sans enfants, un couple de quadras avec deux enfants et un couple déjeunes retraités.

Cette enquête a essentiellement porté sur quatre dépenses courantes : les honoraires médicaux, les frais d'hospitalisation, une couronne dentaire et une paire de lunettes de vue. Il ressort de cette enquête que la Maaf est la moins chère toutes catégories d'âge confondues. Pour les « jeunes », la GMF est la plus chère, Malakoff coûte davantage à un couple avec enfants et la GMF aux seniors. L'association CLCV se fait encore plus didactique. « Pour un bon remboursement des frais hospitaliers, choisissez Alptis dans tous les cas, Swiss Life pour les plus jeunes et Maif pour les plus âgés ; pour des lunettes bien remboursées, c'est chez Malakoff que nous avons trouvé le mieux ; quant au dentaire, les jeunes et les quadras auront intérêt à souscrire à la Maif», affirme-t-elle tout de go.

Renchérissement 


À la tête du comparateur d'assurances Assurland, Stanislas di Vittorio dénonce « le renchérissement du coût de l'assurance santé qui devient de moins en moins accessible à un nombre croissant de Français ». La faute, selon lui, revient pour une part aux mutuelles qui pourraient se permettre de ne pas augmenter leurs cotisations, étant donné leurs marges de solvabilité. Il ne dédouane cependant pas l'État qui, selon lui, est coupable de « taxer la santé des gens ».
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.