Spots et interviews TV

Assurland est invité de BFM TV pour parler d'assurance en cas d'inondation

Publié par le , Mis à jour le 25/11/2019 à 15:57 , Source : BFM-TV

Assurland invité de BFM TV pour parler d'assurance en cas d'inondation

Les fortes intempéries survenues dans le Sud-Est ces derniers jours ont entraîné des pertes humaines et des dégâts matériels. Stanislas di Vittorio, Fondateur d’Assurland.com, est intervenu en direct sur le plateau de BFM TV pour expliquer quelles sont les démarches à effectuer en cas d’inondations.

Après plusieurs jours de pluies intenses, les habitants du Sud-Est ont été inondés. Comment être indemnisé après ces évènements ? Comme l’a rappelé le fondateur du comparateur d’assurance en ligne : « seuls les sinistrés couverts par une assurance seront remboursés ». « Les habitants en ont assez des inondations à répétitions » s’est insurgé la journaliste Céline Pitelet. Stanislas di Vittorio a confirmé : « depuis 30-40 on a construit dans des endroits qui sont des zones à risques ». Si les sinistrés seront bien indemnisés, des augmentations de primes pourraient bien être à prévoir.

L’indemnisation en cas d’inondation

« Les habitants vont être dédommagés en fonction de leur contrat d’assurance », explique-t-il, « même en cas d’état de catastrophe naturelle ». Effectivement, pour être remboursé suite à un évènement climatique ayant causé des dégâts matériels dans son logement, il faut être couvert par un contrat d’assurance multirisque habitation (MRH) pour pouvoir recevoir un dédommagement.

Que change l’état de catastrophe naturelle pour un assuré ?

Lorsque l’état de catastrophe naturelle est déclaré, la franchise de l’assuré est abaissée. Son reste à charge sera ainsi moins élevé. Le temps pour déclarer le sinistre est également allongé. Et le remboursement arrive plus vite. « Les gens ont tendance à penser qu’en cas de catastrophe naturelle l’état va tout prendre en charge. Ce n’est pas le cas » rappelle Stanislas di Vittorio. L’important pour être remboursé est d’être couvert par une assurance. Par exemple, « si votre voiture n’est couverte qu’au tiers et qu’elle est inondée, vous ne serez pas couvert, catastrophe naturelle ou non » explique-t-il.

Constituer rapidement un dossier pour son assureur

Très vite, les victimes doivent faire une déclaration à leur assureur. Préparer un dossier avec des photos, des pièces justificatives (factures, etc)… et le transmettre à son assureur le plus rapidement possible permet d’accélérer le processus de remboursement. Un expert peut aussi se rendre directement sur place pour constater les dégâts. Cette démarche peut allonger le temps d’indemnisation.

Comment ces évènements vont évoluer à l’avenir ? « L’assurance habitation représente environ 8 milliards de primes par an et a augmenté d’environ 35 % depuis dix ans », décrit Stanislas di Vittorio. Les dégâts sont plus nombreux d’années en années, notamment à cause des constructions dans des zones inondables, et les coûts vont donc continuer de grimper. « Ces phénomènes posent une vraie question : ces habitations vont-elles rester assurables si l’on se projette à 15 ou 20 ans ? ».

Les entreprises et les collectivités locales aussi sont touchées et les dommages matériels peuvent causer une cessation de production mettant en cause la pérennité de leurs activités. Encore une fois,  le manque à gagner est « indemnisable, si vous êtes couvert », rappelle le fondateur du comparateur d’assurance en ligne. Il faut aussi distinguer l’indemnisation des biens qui ont été endommagé et celle de la perte d’activité. Ce sont deux contrats différents qui conviennent d’être souscrits pour pouvoir toucher un remboursement.

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/inondations-routes-coupees-et-gros-degats-2411-1204044.html

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.