Spots et interviews TV

Assurances : Assurland invité de L'Info du Vrai sur Canal Plus

Publié par le , Mis à jour le 03/12/2020 à 22:55 , Source : Canal+

93 % des contrats d'assurances ne couvrent pas la pandémie

Attentats, changement climatique, pandémie, les assureurs sont confrontés à de nouveaux risques. Dans l'Info du Vrai, son émission quotidienne consacrée aux actualités, le journaliste Yves Calvi est revenu sur l'actualité liée aux assurances. Stanislas di Vittorio, fondateur d'Assurland.com, était invité pour commenter le sujet, aux côtés de l'avocat Guillaume Aksil, spécialiste en droit des assurances, et de Raphaël Legendre, journaliste économique à L'Opinion.

Les assureurs ont-ils joué le jeu ?

A quoi va ressembler l'assurance de demain et surtout qui va la payer ? Une révolution est en cours dans le secteur, de nouveaux risques apparaissent (cyber, climatiques...). Mais à l'heure actuelle, la crise liée au Covid montre que les assureurs ne peuvent pas porter seuls des risques de cette ampleur. Dans une pandémie mondiale qui touche tout le monde et en même temps, assumer le poids des pertes financières doit aussi revenir à l'Etat. Raphaël Legendre rappelle qu'au premier confinement, les pertes étaient estimées entre 20 et 30 milliards par mois, soit pour 3 mois l'ensemble des fonds propres des assureurs (qui s'élèvent à 57 milliards en 2018). 

7 % des contrats assuraient plus ou moins clairement la pandémie

Cette crise est inédite. Guillaume Aksil explique par ailleurs que plusieurs assureurs ont joué leur rôle et qu'il ne faut pas faire de généralité sur l'ensemble de la profession. Certains contrats comportaient néanmoins un manque de clarté et il faut donc les étudier précisément. L'ACPR, l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, la tutelle des assureurs, a analysé les contrats des entreprises. 93 % excluaient la pandémie, observe Stanislas di Vittorio. "Ce qu'il se passe c'est que les assureurs ne veulent pas et ne peuvent pas assurer la pandémie car c'est un risque systémique comme les guerres, le nucléaire ou le terrorisme. Il n'y a pas assez de statistiques avec quatre pandémies en un siècle".

Pour Stanislas di Vittorio, le contrat d'assurance fait foi. "Si le contrat est en faveur de l'assuré et couvre la pandémie, alors il est normal que l'assureur paie". Le second point est les efforts des assureurs pour contribuer à la crise. "Tout mis bout à bout, ils ont versé 5 milliards d'euros". Enfin, il faut savoir que les réassureurs refusent de couvrir la pandémie, et par conséquent, les assureurs ne peuvent pas le faire. Cela a conduit aux courriers reçus récemment par des restaurateurs pour dénoncer les contrats.

Le nouveau régime d'assurance en ligne de mire

L'assurance fonctionne sur la mutualisation. Qui est prêt à payer pour un risque tel que la pandémie actuelle ? Le régime futur est en discussion et fonctionnera sur un partenariat public-privé. Son fonctionnement est encore à débattre. Pour Guillaume Aksil, l'indemnisation prévue est trop faible. Stanislas di Vittorio explique que le coût de la pandémie va s'élever à environ "150 milliards". Il aurait donc fallu cotiser 3 milliards par an pendant 50 ans pour pouvoir la payer.

Revoir l'émission : 

https://hls-od-mycanal-fairplay.akamaized.net/fairplay/canalplus/canalplus/ANT_1212939_66/641571/ANT_1212939_66.m3u8

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT