Spots et interviews TV

Assurland parle assurance suite aux intempéries

Publié par le , Mis à jour le 14/10/2020 à 10:52 , Source : cnews

L'état de catastrophe naturelle change trois choses pour les sinistrés

Début octobre, la tempête Alex s'est abattue sur les Alpes-Maritimes après un passage par l'Ouest du pays, causant de nombreux dégâts matériels et déplorant des pertes humaines. Emmanuel Macron s'est rendu sur place le 7 octobre. Pour commenter cette venue, Cnews a organisé un plateau spécial. Olivier Moustacakis, cofondateur d'Assurland.com, le comparateur d'assurances en ligne, y participait pour donner son expertise sur l'assurance des catastrophes naturelles.

Pompiers, militaires, gendarmes, sauveteurs...ont été mobilisés pendant plusieurs jours. Plus de 600 interventions et 1 100 sauvetages ont été organisés et d'autres devraient être réalisés prochainement. L'aide aux sinistrés va se déployer dans les prochaines semaines. Une fois que les secours auront dégagé et sécurisé les zones habitables, il va falloir commencer à se tourner vers les assurances.

Le Sud-Est, une zone sinistrée

L'état de catastrophe naturelle entre en vigueur

Olivier Moustacakis, cofondateur d'Assurland.com, rappelle que l'état de catastrophe naturelle est très important pour les sinistrés et change trois choses. La première est qu'ils vont bénéficier de dix jours au lieu de cinq pour faire une déclaration à l'assurance. La seconde est que la franchise, c'est à dire leur reste à charge, va être de 380 euros (pour les particuliers). La troisième, enfin, est que les assureurs ont l'obligation de verser une première indemnisation dans les deux mois et l'intégralité sous trois mois. C'est donc la perspective d'une meilleure prise en charge pour ces assurés.

L'obligation de disposer d'une assurance dommage

Pour prétendre à une indemnisation et ainsi espérer être remboursées pour les dégâts causés par la tempête Alex, les personnes touchées doivent obligatoirement être titulaire d'une assurance habitation. Celle-ci est obligatoire pour les locataires et les copropriétaires, mais pas pour les propriétaires de maisons isolées. De même, il est indispensable d'être assuré avec une garantie vol incendie ou en tous risques pour être couvert pour son véhicule qui serait emporté par une crue. Sans ces assurance, même en cas de catastrophe naturelle, il ne sera pas possible d'être indemnisé.

La prévention, le maître mot

Le régime des catastrophes naturelles en danger

Le cofondateur d'Assurland.com insiste sur le fait que de nombreuses constructions ont été faites sur des lieux qui n'étaient pas adaptés. Aussi, devant l'ampleur et la fréquence des événements météorologiques, qui touchent qui plus est régulièrement les mêmes zones, le régime des catastrophes naturelles est déficitaire. Les projections laissent penser que la taxe imposée aux contrats dommages devrait passer de 12 à 18 % pour réussir à couvrir les dégâts. Les maires des communes sont également incités à se doter de Plan de Prévention des Risques (PPR). 

Une réforme en cours

Depuis quelques années, les pouvoirs publics ont tenté de mettre sur la table une réforme du régime des catastrophes naturelles. Portée par la sénatrice Nicole Bonnefoy, elle devrait permettre de mieux indemniser les événements météorologiques intenses, notamment la sécheresse qui est un des plus grands fléaux climatiques actuels. Selon les experts, c'est le sinistre dont le coût va augmenter le plus dans les années à venir.

 

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT