Spots et interviews TV

La sécheresse va coûter de plus en plus cher

Publié par le , Mis à jour le 29/07/2020 à 18:14 , Source : BFM-TV

La sécheresse coûte chaque année entre 700 et 900 millions d'euros aux assureurs

Des fissures dans les murs, des terrains qui glissent, des récoltes ruinées… La sécheresse est insidieuse. C’est une des grandes préoccupations de l’été. Plus de la moitié des départements français sont concernés. Après le constat des dégâts, comment se faire indemniser pour les biens endommagés ? Assurland.com était invité sur le plateau de BFM TV pour évoquer l’assurance en cas de sécheresse.

La bascule du changement climatique est en marche

Emma Haziza, hydrologue et consultante pour la chaîne, explique que la sécheresse survient de façon totalement hétéroclite. « Chaque année, le scénario est différent avec des zones touchées qui ne sont pas les mêmes d’une année sur l’autre ».  Les épisodes de chaleur extrême peuvent également se manifester très rapidement, parfois en deux jours. Ces derniers mois, il y a eu un déficit de pluie, notamment pendant la phase de confinement ainsi que tout le mois de juillet. Cet effet, combiné à des sécheresses agricoles déjà présentes, va avoir pour conséquence de toucher des milieux de plus en plus profonds. « Et attention aux températures caniculaires qui arrivent en France en fin de semaine », avertit également le présentateur. Un pic d’une journée peut suffire pour faire basculer une situation de détresse hydrique déjà très forte dans une situation plus préoccupante.

L’experte alerte donc : « Il va falloir changer,  sur le plan agricole, sur l’adaptation de nos maisons, et parce que le coût assurantielle est de plus en plus important ».

La sécheresse est considérée comme une catastrophe naturelle

La sécheresse touche les agriculteurs mais pas uniquement. Les particuliers en sont également victimes avec des fissures qui s’attaquent à leurs habitations. Mais comment fonctionne les assurances ? « On est indemnisé au titre des catastrophes naturelles. C’est donc un risque qui est pris en compte dans le cadre des assurances habitations », explique Stéphanie Duraffourd, porte-parole d’Assurland.com. Il faut donc qu’il y ait reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour que le contrat d’assurance puisse s’appliquer. C’est aux communes d’en faire la demande auprès du préfet, avant que ne soit publié un arrêté interministériel. A ce moment-là, l’assuré aura dix jours pour déclarer son sinistre.

Les délais pour faire reconnaitre une sécheresse sont très longs. Il s’écoule parfois plusieurs mois entre le moment où survient l’épisode de chaleur extrême et celui où l’état de catastrophe naturelle est promulgué. « Une réforme du régime catastrophe naturelle est d’ailleurs en cours. Il est prévu que le délai de prescription soit allongé de 2 à 5 ans pour pouvoir permettre aux assurés de se retourner, car les fissures peuvent mettre plusieurs années à se manifester », explique Stéphanie Duraffourd. Une fois que l’assuré aura déclaré son sinistre, l’assureur enverra un expert pour constater les dégâts. En cas de conflit, un contre-expert pourra également être mandaté par le particulier.

   BFMTV-assurance-secheresse

Des sinistrés silencieux

Le coût de la sécheresse est aujourd’hui estimé par les assureurs entre 700 et 900 millions d’euros par an. Les climatologues le confirment, c’est le sinistre dont le coût va grimper le plus rapidement dans les prochaines années. On parle en effet de dizaines de milliers d’euros de réparation pour un logement. « Les dégâts se manifestent en deux temps », éclaire Emma Haziza. « Une première fois lorsque les sols sont extrêmement secs, puis à l’automne, lorsque les pluies vont pénétrer à nouveau les sols et les regonfler. C’est à ce moment-là que la sinistralité va être beaucoup plus forte. Elle peut ainsi se manifester 6 mois à 1 ans après ».

La sécheresse engendre de véritables drames. L’an dernier, les températures ont atteint 46 degrés dans le Var, causant des effondrements de pans entiers de murs. 20 000 maisons sont sinistrées chaque année en France.

Les assurances pourront-elles continuer à payer ? « Ce qu’il risque de se passer, c’est que les prix des contrats augmente avec la hausse des catastrophes naturelles », conclut la porte-parole du comparateur d’assurances en ligne.

Emission à revoir ici : https://www.bfmtv.com/replay-emissions/bfm-story/story-2-qui-paie-les-degats-causes-par-la-secheresse-28-07_VN-202007280173.html

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.
 

QUI SOMMES-NOUS ?

CONTACT