Informations pratiques sur l'assurance

Assurance colocation : tout ce qu'il faut savoir à son sujet

Publié par le

L'assurance habitation colocation

Vous cherchez un appartement et vous songez à prendre une colocation ? Que ce soit avec des personnes que vous ne connaissez pas ou avec des proches, découvrez tout ce que vous avez besoin de savoir au sujet de l’assurance habitation colocation. Parce que oui, elle est obligatoire. Assurland fait le point pour vous.

L’assurance habitation en colocation

L’assurance habitation est-elle obligatoire en colocation ?

Peut importe le type de logement loué (maison ou appartement), peut importe que l’on vive seul, en couple ou entre amis, la règle est la même : les locataires ont pour obligation de souscrire une assurance habitation. Une attestation d’assurance sera demandée par le propriétaire à la signature du bail.

Ainsi, que l’on soit locataire ou colocataire, il faut souscrire une assurance habitation possédant, au minimum, une garantie des risques locatifs. Cette dernière prendra en charge les éventuels dommages causés suite à un incendie, un dégât de seaux ou encore une explosion. Elle inclut également une garantie responsabilité civile qui, dans la vie de tous les jours, protège les tierces personnes auxquelles vous pourriez faire subir des dommages matériels et/ou corporels.

Pour une couverture maximale, privilégiez l’assurance multirisques habitation (MRH). Elle prendra en charge les éléments listés ci-dessus, mais elle couvrira également le bien, ainsi que tout ce qui se trouve à l’intérieur. Elle protège également en cas de vol ou de catastrophe naturelle, ce qui n’est pas le cas de la garantie des risques locatifs.

Qui est-ce qui doit souscrire une assurance habitation colocation ?

L’assurance colocation souscrite par les locataires

Lorsque l’on souhaite souscrire un contrat d’assurance habitation en colocation, il existe deux possibilités. En effet, il vous est possible de :

  • souscrire un seul contrat : les noms de tous les locataires du bien seront présents sur le contrat, et tous seront protégés à garanties égales ;
  • ou souscrire individuellement un contrat : dans ce cas de figure, chaque colocataire souscrit son propre contrat et est protégé selon les garanties souscrites.

Si la deuxième option est sélectionnée, il peut être avantageux pour l’ensemble des colocataires de souscrire leurs contrats individuels chez le même assureur. Ainsi, en cas de sinistre, cela évitera les litiges et facilitera la mise en place de potentiels dédommagements.

Que se passe-t-il si les locataires n’ont pas d’assurance habitation ?

Comme nous l’expliquions plus haut, même en colocation, les locataires doivent souscrire une assurance habitation. Lors de la signature du bail, et chaque année à son renouvellement, le propriétaire est en droit de vous demander la preuve que vous êtes bien assuré. Le cas échéant, deux solutions s’offrent à lui :

  • il met fin au bail de location ;
  • ou il souscrit lui-même une assurance habitation colocation.

Dans le cas où il souscrirait l’assurance habitation, il sera en droit d’ajouter au loyer payé mensuellement par les locataires une majoration de 10 %, ainsi que l’équivalent d’un douzième de la prime d’assurance qu’il paiera.

Assurance colocation : comment mettre à jour le contrat ?

Lorsque l’on vie en colocation, il n’est pas rare que la situation soit amenée à évoluer. Départ de l’un des colocataires, l’arrivée d’un nouveau colocataire ou d’un colocataire supplémentaire : est-il possible de modifier un contrat en cours pour palier à ces changements ?

La réponse est oui ! Si la situation vient à se présenter, il est important de prévenir au plus vite l’assureur. Cela peut être fait par téléphone, en ligne, ou par lettre recommandée avec accusé réception (LRAR). Ce genre de démarche correspond au fait de faire un avenant au contrat. Un avenant qui vous sera transmis afin de valider le changement demandé.

Quelle est la meilleure assurance habitation en colocation ?

Comment choisir la meilleure assurance pour colocataires ?

Quand on sait que les offres sont nombreuses sur le marché, cela peut vite devenir difficile de savoir quoi regarder pour trouver la meilleure assurance habitation pour sa colocation. Il faut tout de même garder en tête que le meilleur contrat sera celui qui correspondra à vos besoins, et à votre budget. Cependant, pour faire votre choix, voici différents éléments sur lesquels vous pouvez vous attarder :

  • les franchises et les exclusions de garantie ;
  • les différentes garanties optionnelles proposées ;
  • les formules d’assurances et leurs garanties de base ;
  • et le montant de la prime de votre assurance habitation colocation.

Comparer les offres en ligne pour payer son assurance moins cher

Faire une comparaison en ligne pour trouver une assurance habitation colocation c’est, à la fois, gagner du temps et pouvoir faire des économies. Plus besoin de parcourir tout le net pour trouver l’offre qui vous correspond. Sur Assurland.com, vous pouvez comparer les tarifs de différents assureurs en ne remplissant qu’un seul formulaire gratuit en ligne. Il vous sera demandé de renseigner quelques informations telles que :

  • le type de logement que vous souhaitez assurer : appartement, maison, etc ;
  • les caractéristiques du logement : surface, nombre de pièces, cave, garage, dépendance, piscine, etc ;
  • la valeur des biens mobiliers à assurer : cela comprend l’électroménager, les objets de valeur possédés, etc ;
  • les antécédents d’assurance : sinistre, résiliation par l’assureur, etc ;
  • et bien évidemment, le nombre de colocataires.

La clause de solidarité : qu’est-ce que c’est ?

Explication de ce qu’est la clause de solidarité en colocation

Inscrite dans une grande partie des contrats de colocation, la clause de solidarité demande aux colocataires d’être solidaires entre eux. En quoi est-ce que cela consiste exactement ? Cela signifie que, si l’un des colocataires ne peut payer son loyer par exemple, le propriétaire est en droit de se tourner vers un autre colocataire pour réclamer la somme qui doit lui être versée. Il s’agit donc d’une sécurité pour les propriétaires afin d’éviter les loyers impayés.

Sortir de la clause de solidarité : comment faire ?

Si vous souhaitez vous libérer de cette clause de solidarité, sachez que c’est possible. Pour cela, 3 possibilités s’offrent à vous :

  • le bailleur peut choisir lui-même de vous libérer de cette clause ;
  • si vous quittez votre logement (dont le bail de location est postérieur à 2014), la clause prend fin dès qu’un nouveau locataire arrive, ou maximum 6 mois après votre départ ;
  • si votre bail est antérieur à 2014, la clause n’est plus effective une fois le bail en cours arrivé à son échéance.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES