Comparez gratuitement

Des centaines de consommateurs lésés face à la liquidation de la SFAM

26 avr. 2024 Jordan Hervieux 100 vues

Assurance téléphone mobile Comparez gratuitement

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de la Société Française d’Assurance Multirisque (SFAM), marquant la fin tumultueuse d'une entreprise jadis dominante dans le secteur de l'assurance multimédia. Cet effondrement laisse derrière lui non seulement des employés sans emploi mais aussi des centaines de consommateurs confrontés à des pertes financières considérables dues à des pratiques commerciales controversées.

Impact immédiat sur les clients lésés

La fermeture de SFAM touche particulièrement les nombreux clients qui avaient souscrit à des assurances pour des appareils multimédias. Ces assurances, souvent commercialisées de manière opaque, ont conduit à des prélèvements réguliers et importants sur les comptes bancaires des consommateurs, allant jusqu'à des milliers d'euros par individu. "J'ai été prélevé de 26 000 € en sept ans", confie Claire, une cliente touchée par ces pratiques. Comme elle, des centaines d'autres espèrent encore récupérer une fraction de leurs pertes financières.

La SFAM avait déjà été engluée dans de nombreuses procédures judiciaires depuis une première investigation pour pratiques commerciales trompeuses menée par la répression des fraudes, qui s'est soldée par un accord pénal de 10 millions d'euros en 2019.

mobile
Économisez en quelques minutes sur votre assurance téléphone mobile

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Les consommateurs entre désespoir et combativité

Les victimes de la SFAM, désormais confrontées à un processus de liquidation qui favorise les créanciers institutionnels comme l'Urssaf, se trouvent en bout de chaîne pour la récupération de leurs fonds. La nature même de leur statut de créanciers chirographaires signifie qu'ils ne seront indemnisés qu'après le paiement des dettes prioritaires, une perspective qui laisse peu de place à l'optimisme. Cependant, la mobilisation de certains clients et leurs avocats souligne une volonté de combattre cette situation par des moyens légaux, y compris des actions collectives contre la SFAM et ses partenaires commerciaux.

L'impact de cette liquidation ne se limite pas aux finances des clients lésés ; il s'étend également au personnel de la SFAM, où la détresse se fait sentir. "On est un peu désespérés", confie un délégué syndical CFDT, reflétant l'inquiétude des employés face à l'incertitude de leur avenir professionnel. La fermeture du site menace directement des centaines de postes, plongeant les employés dans une précarité soudaine.

Vers un long chemin judiciaire

La lutte pour la justice et la récupération des pertes financières s'annonce longue et complexe. Malgré la priorité accordée aux créanciers institutionnels comme l'Urssaf, qui réclame plus de 11 millions d'euros, les clients espèrent toujours un dédommagement. Les procédures collectives engagées contre les partenaires commerciaux de la SFAM, tels que Fnac et Darty, visent à établir une responsabilité plus large et pourraient éventuellement aboutir à une compensation, bien que l'issue reste incertaine. 

La chute de la SFAM souligne la vulnérabilité des consommateurs dans des marchés où la régulation peine à suivre le rythme des pratiques commerciales agressives. Alors que l'histoire se déroule, les consommateurs lésés restent en attente, espérant un dénouement qui leur rendra justice et peut-être, leurs investissements perdus.

Articles les plus récents