Assurance - divers

Assurtech : les investissements progressent annuellement de 36 %

Publié par le

Les assurtech bien implantées dans le paysage de l'assurance

L’essor des assurtech n’est plus à prouver. Ces dernières années, les investissements explosent. Selon l’Efma et Capgemini, la progression atteint même 342 % pour les seules assurtech Françaises.

Des investissements toujours plus importants

Les assurtech questionnent : qui sont-elles ? Combien sont-elles ? Comment se portent-elles ? Il y a quelques semaines, le cabinet Klein Blue Ratings publiait une étude recensant l’ensemble des assurtech Françaises. Alors qu’elles n’étaient que 47 mi-2017, il en existe aujourd’hui 106. Ces dernières se divisent en trois groupes. Il y a d’abord les « acteurs proposant des services innovants sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’assurance », puis celles opérant dans la distribution et enfin celles proposant de nouveaux produits. L’étude de Klein Blue Ratings mettait également en exergue que ces 106 assurtech se portaient relativement bien puisqu’elles devraient dépasser les 80 millions d’euros qui avaient été levés l’année dernière.

Ce constat d’une « bonne santé économique » vient quelques mois après la publication d’une autre étude publiée dans Les Echos. Celle-ci, nous apprenait qu’à l’échelle mondiale, les assurtech ne parvenaient pas à devenir rentable. Malgré le fait d’avoir levé des capitaux records, les principales d’entre elles ont perdu de l’argent en 2017. C’est notamment le cas de ZhongAn Online P&C Insurance.

L’intérêt des assurtech n’est plus à prouver

Faut-il s’inquiéter pour autant ? Absolument pas selon la première édition du « World Insurtech Report » qui explique que « le débat est clos. Plus personne ne questionne aujourd’hui l’intérêt disruptif des assurtech ». Dans ce rapport, mené conjointement par l’organisation internationale Efma et le cabinet de conseil Capgemini, on apprend notamment que les investissements dans les assurtech ont augmenté annuellement de 36 % sur les quatre dernières années. La progression atteint même 342 % pour les seules assurtech Françaises.

Selon le même rapport, les assurtech sont perçues comme à même de créer de nouveaux business models ou bien de redéfinir l’expérience client. Cette étude confirme également l’intérêt des assureurs traditionnels pour les assurtech. S’ils rejettent la logique d’acquisition, les assureurs privilégient les partenariats et les modèles Saas (solution as a service). « Trouver le bon partenaire assurtech sera un atout clé pour s’imposer dans un secteur en constante évolution », explique ainsi le secrétaire général de l’Efma Vincent Bastid.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES