Assurance décès

Maisons de retraite : les difficiles conditions de vie des résidents

Publié par le

"Ils m’ont douché ce matin, 8 jours qu’ils ne m’avaient pas douché"

Alors qu’une grande concertation nationale a été lancée début octobre 2018 sur la dépendance des personnes âgées, des pensionnaires d’Ehpad ont évoqué avec lucidité des conditions de vie difficiles.

Des témoignages poignants, critiques et résignés

« J’aime pas être ici mais je n’ai pas le choix. Je m’ennuie trop ici », « Pendant la douche, la porte de la salle de bain est grande ouverte et parfois 1 ou 2 personnes viennent et elles discutent entre elles. C’est vraiment inconfortable », « Les gens disent qu’ils n’ont pas faim parce que ce n’est pas bon et ils ont peur de se faire engueuler », « Ils m’ont douché ce matin, 8 jours qu’ils ne m’avaient pas douché » … Voici un petit aperçu des témoignages à la fois poignants, critiques, résignés et consternants des résidents d’Ehpad.

L’association « les petits frères des Pauvres » a souhaité donner la parole à des pensionnaires de 59 à 99 ans. Des personnes âgées qui n’ont pas hésité à évoquer leurs conditions de vie. La plupart d’entre eux ont une bienveillance avec le personnel même si « aucun ne se dit dupe sur la dureté du travail et sur le manque d’effectifs qui ne favorisent pas la bientraitance ». Ces retraités dénoncent la solitude, la nourriture, la vie en communauté ou encore la toilette. Un mal-être qui a permis d’étoffer la grande concertation nationale « Grand âge et autonomie »  lancée le 1er octobre 2018 par Agnès Buzyn, ministre de la santé. Une partie des propositions des personnes âgées a été déposée sur le site dédié à cette grande consultation.

4,8 millions de seniors en 2050

Avec ses différents témoignages, l’association espère une hausse des effectifs (33 aide-soignants pour 100 lits d’Ehpad contre 40 en Espagne), un plus grand respect des habitudes individuelles mais aussi des solutions intermédiaires entre le maintien à domicile et les maisons de retraite.

La France compte 1,5 million de personnes de 85 ans et plus. En 2050, ce chiffre va quasiment tripler pour atteindre 4,8 millions de seniors sur le territoire. Aujourd’hui, 30 milliards d’euros sont consacrés à la prise en charge des personnes en perte d’autonomie dont 79% de dépenses publiques. Le défi est donc de taille pour le gouvernement qui souhaite, grâce à la grande concertation nationale, faire des propositions pour améliorer la vie des seniors. Des résidents qui, pour vivre en maison de retraite doivent piocher dans leur épargne

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES