Assurance auto

Covid-19 : il est de plus en plus difficile d'obtenir une date pour le permis

Publié par le , Mis à jour le 26/08/2020 à 11:23

Désormais, l'examen du permis de conduire ne peut plus être effectué normalement ; il faut respecter les mesures sanitaires

Durant le confinement, les auto écoles ont dû arrêter les activités. En conséquence, de nombreux candidats au permis de conduire ont vu leur date d'examen être annulée et on dû reporter. Les examens n'ont pu reprendre qu'à partir du 8 juin dernier. Et pour ce qui est des futurs automobilistes, il est de plus en plus difficile de trouver une date d'examen.

Des départements débordés par les demandes de date de passage pour le permis de conduire

Durant le mois de juillet, un jeune homme a été arrêté au volant sans permis de conduire par la gendarmerie en Seine-Maritime. Son excuse était pour le moins originale : il ne voulait pas perdre la main en vue de son futur passage à l'examen du permis de conduire, prétextant qu'il était en outre difficile de réserver des heures de conduite. D'autant plus que le permis de conduire peut être particulièrement onéreux.

Si la faute est bien réelle, le motif n'est pas si absurde : il devient de plus en plus complexe de trouver une date de passage à l'examen du permis de conduire, en particulier dans certains départements tels que la Seine-Maritime ou encore la Dordogne. « Par exemple aujourd'hui, une personne qui vient et qui a son code, qui veut passer le permis, je suis sur décembre… », racontait notamment à France Bleu Dordogne le 11 août Marina Masgonty, gérante de l'auto-école Zebra à Périgueux. Au total, on chiffre à environ 350 000 le nombre d'examens n'ayant pu être passés entre mi-mars et mi-juin.

Des listes d'attente toujours plus longues à cause du Covid-19

Et les listes d'attente ne cessent de s'allonger. En effet, le nombre de places rendues disponibles pour le passage du permis de conduire n'est guère suffisant pour compenser le retard accumulé. Seules 20 000 places ont été mises à disposition ainsi que 70 000 supplémentaires d'ici la fin de l'année, soit un total de 90 000. Une autre mesure a également été mise en place pour faciliter le passage du permis : des passages d'examens le samedi en compagnie d'inspecteurs volontaires ; l'examen est aménagé et comporte moins de questions pour pouvoir compenser la perte de temps engendrée par les mesures sanitaires.

Les vacances d'été ont également eu un impact non-négligeable sur les passages au permis de conduire. « Ce dispositif de 90 000 places supplémentaires ne suffit pas. S'il y a plus de places mais qu'il y a moins d'inspecteurs, à la fin, ce sont des places en moins », affirme Philippe Colombani, président du syndicat UNIC (Union nationale des indépendants de la conduite).

Pensez à l'assurance permis de conduire !

Dans un contexte où passer le permis est de plus en plus difficile, il serait judicieux de ne pas le perdre ! Et souvent, une petite faute sur la route est vite sanctionnée par un retrait de points. Ainsi, pour vous aider à conserver vos points, il existe des assurances permis de conduire.

L'assurtech Avopoints, courtier en ligne 100 % digital, propose des contrats d'assurance permettant de bénéficier de garanties vous couvrant contre d'éventuels retraits de points (Groupama est l'assureur mettant à disposition ces garanties). Ces garanties peuvent vous permettent notamment :

  • d'effectuer un stage de récupération de points par an ;
  • d'être remboursé des frais en cas de perte ou de vol du permis ou de la carte grise ;
  • d'être remboursé du coût du nouveau permis en cas d'invalidation ;
  • d'être assisté par un avocat en cas de convocation au tribunal à la suite d'une contravention ;
  • de déléguer la gestion d'un litige lié au véhicule ;
  • de contester les contraventions injustifiées.

Ces contrats s'adressent aussi bien aux particuliers, professionnels et flottes auto. Grâce à une interface en ligne, vous pouvez déclarer vos sinistres et suivre directement l'évolution de votre dossier. En termes de tarifs, il faut s'attendre à un forfait entre 32 euros par an pour le particulier et 65 euros par an pour un professionnel. « Pour les flottes, le prix est variable en fonction du nombre de chauffeurs assurés », précise l'assurtech.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES