Assurance auto

Fusion PSA-Fiat : les petites électriques partageront la même plateforme

Publié par le , Mis à jour le 08/09/2020 à 14:33

Stellantis devrait devenir le 4e plus gros producteur automobile au monde

Les groupes PSA et Fiat devraient normalement fusionner pour former le groupe Stellantis, si l'Union Européenne ne s'y oppose pas pour des raisons de concurrence. Cette fusion ne sera pas sans conséquences : certaines plateformes du groupe FCA (Fiat-Chrysler Automobiles) seront amenées à disparaître, en particulier dans le segment des petites électriques.

Fusion PSA-Fiat : le futur groupe se nomme Stellantis

Le 15 juillet dernier, les deux groupes PSA et Fiat Chrysler dévoilaient le nouveau nom du groupe : Stellantis. « Stellantis est issu du verbe latin 'stello' qui signifie 'briller d'étoiles'. Il s'inspire de cet alignement nouveau et prometteur de marques automobiles légendaires et de cultures d'entreprises fortes qui, en s'unissant, créent l'un des nouveaux leaders de la prochaine ère de la mobilité », ont expliqué PSA et FCA. Ce nom sera uniquement utilisé en tant que « marque corporate » et les noms et logos des marques des constructeurs « resteront inchangés ».

Ce futur groupe est destiné à être le quatrième groupe auto mondial en termes de volume et le troisième côté chiffre d'affaires. Selon un communiqué commun des deux groupes, ils « franchissent une étape majeure et annoncent aujourd'hui que la dénomination sociale du nouveau groupe sera Stellantis ». Il accueillera donc les marques suivantes : Peugeot, Citroën, DS Automobiles, Open, Vauxhall, Fiat, Chrysler, Alfa Romeo, Maserati, Lancia, Jeep, Dodge, Ram Trucks, Lancia et Abarth. « La finalisation du projet de fusion devrait avoir lieu au premier trimestre 2021 », ont confirmé les deux groupes.

Les petites électriques du groupe partageront une base PSA, pas toutes les grandes

Parmi les objectifs de cette fusion, on trouve notamment un partage des coûts de conception dans une logique, non de concurrence mais bien d'association. Il faut savoir qu'en l'état actuel des choses, les deux groupes possèdent à eux seuls 22 plateformes, un nombre à rationaliser.

Ainsi, certains choix s'imposent : pour les petites voitures électriques, c'est la base modulaire eCMP que l'on retrouve sur les Peugeot e-208 ou le DS3 Crossback E-Tense qui s'est imposées pour certains modèles du groupe FCA, comme la nouvelle Fiat 500. En effet, la plateforme PSA est plus ancienne, éprouvée et déjà produite en de plus larges volumes. Elle est également plus polyvalente en permettant l'installation de motorisations thermiques. Parmi les modèles qui emprunteront la base eCMP de PSA, on trouvera également la Fiat Panda, Lancia Ypsilon ainsi que les petits SUV d'Alfa Romeo et Jeep. La question de ressusciter la Punto se pose elle aussi.

Du côté des grandes électriques, plusieurs plateformes coexisteront. En août, le groupe de la marque au lion avait présenté sa nouvelle plateforme eVMP, dont la production débutera en 2023 et servira de base pour le prochain e-3008, un SUV à succès. Du côté de FCA, la base « Giorgio » présente sur les Alfa Romeo Stelvio et Giulia accuillera des versions électriques avec notamment les prochains modèles de Masterati Levante et Quattroporte. Il faut bien dire que les modèles haut de gamme de Maserati ou encore les très grands 4x4 de Dodge et Ram Trucks ont besoin de plateformes plus importantes que celles partagées par les modèles de PSA.

FCA veut accélérer la fin de son segment A des mini citadines

En outre, l'adoption de cette plateforme CMP par FCA permettra d'accélérer la fin des citadines de segment A pour FCA (i.e. le segment des toutes petites voitures telles que les Fiat 500 et Panda), de moins en moins rentable. C'est pour cette raison que Mike Manley, PDG du groupe FCA a décidé d'augmenter la taille des Fiat Panda et 500 pour les rendre compétitive sur le segment B, où les marges réalisées sont plus généreuses. Ces deux modèles se placeraient in fine dans le segment de la Peugeot 208, Citroën C3 et Opel Corsa, également développée sur la plateforme eCMP en version électrique.

Toutefois, la période exacte à laquelle cette mutation devrait s'opérer reste inconnue. Certaines rumeurs avanceraient que ce changement pourrait avoir lieu en 2024, afin de laisser le temps de concevoir une nouvelle gamme avec les modèles à réviser. D'après Challenges, « la révélation de la teneur du courrier confidentiel de fin juillet laisse à penser que FCA pourrait s'approprier la plateforme CMP du Groupe PSA dès 2022. »

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES