Paris : le prix du m² continue à baisser et repasse sous les 10 000 €

Publié par Quentin Bas Lorant le 27/10/2022 à 17:18 , Mis à jour le 02/11/2022 à 10:50

Où en est le marché de l’immobilier parisien ? Il y a un an, en fin d’année 2021, les agences décrivaient une baisse généralisée des prix dans la capitale, y compris dans des arrondissements centraux, tels que le 3e (seul le 4e arrondissement avait connu une légère hausse de 0,3% sur l’année).

Le prix au mètre carré repasse sous la barre des 10 000 euros

Le prix au mètre carré moyen, lui, se maintenait toutefois au-dessus de la barre symbolique des 10 000 euros, tout en ayant significativement chuté, puisqu’il frôlait les 11 000 euros en 2020. Cette année, cet indicateur très observé aurait continué de baisser, puisque, selon la dernière étude du réseau Century 21, le prix moyen au mètre carré atteindrait désormais 9 758 euros.

Selon l’entreprise immobilière, le prix moyen au mètre carré aurait chuté de 5,7 % depuis le mois de janvier. Un décrochage des prix qui doit beaucoup à la baisse du nombre de transactions à Paris (-2,3 % sur un an).

Pour l’expliquer, Charles Marinakis, Président de Century 21 France, avance un changement de comportement chez les acheteurs : "les Parisiens prennent leur temps pour acheter et continuent d’exercer une pression à la baisse sur les prix".

La demande augmente en dehors de la capitale

En la matière, il faut dire que la crise sanitaire continue d’exercer ses effets : les confinements successifs et la possibilité de télétravailler ont conduit de nombreux acquéreurs à déplacer leur regard de la capitale vers d’autres villes. 

Comme le remarque Century 21, l’appétence pour les maisons demeure ainsi toujours aussi fort, avec un prix au mètre carré moyen en hausse de 4,8 % depuis le 1er janvier (2 626 euros le mètre carré en moyenne). À l’inverse, le prix des appartements, y compris à Paris, recule : -3,4 % au regard de janvier dernier.

L'actualité immobilière influe aussi sur les prix à Paris

Outre cette tendance initiée par le Covid-19, plusieurs autres actualités récentes peuvent expliquer la baisse de la demande d’achat de logement à Paris. D’abord, contrairement à il y a encore un an, les prêts immobiliers connaissent une remontée des taux, et excluent logiquement un nombre croissant de particuliers de la possibilité d’acheter à Paris.

À cet égard, Century 21 remarque une hausse historique des délais de ventes à Paris. En un an, ils se sont allongés de 15 jours pour atteindre 96 jours en moyenne en septembre : un délai inédit depuis que le réseau d’agences suit cet indicateur. Un signe que les dossiers sont bien plus longs à ficeler : les prêts sont accordés moins aisément et les acheteurs préfèrent attendre en espérant que les prix continuent de baisser.

Enfin, plusieurs autres facteurs disparates peuvent expliquer cette raréfaction de la demande de biens immobiliers et l’augmentation de l’offre : l’entrée en vigueur du nouveau DPE, qui fait craindre des travaux d’ampleur aux acheteurs, la mise en vente d’appartements autrefois loués sur Airbnb (en raison de la politique menée par la municipalité) ainsi que des passoires thermiques qui seront bientôt interdites à la location. 

Toutefois, malgré ce repli des prix, il ne faut pas oublier que Paris reste bien l'une des villes les plus chères du monde pour acheter un appartement. Selon le rapport récent d'UBS (Global Real Estate Bubble Index), il faut 15 ans à un employé qualifié du secteur tertiaire pour s'offrir un 60 mètre carré central à Paris. Il n'y a qu'à Hong Kong que la durée est plus élevée (24 ans en moyenne), tandis que Paris demeure devant Tokyo, Londres, Tel Aviv, Munich, New York... 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES