Communiqués de presse de l'assurance

Assurland publie une étude sur les prix de l'assurance

Publié par Stéphanie Duraffourd le 28/03/2022 à 07:00 , Mis à jour le 13/05/2022 à 15:39

Assurland.com, leader des comparateurs d’assurances en ligne, fait le point sur l’évolution du prix des assurances de particuliers depuis 2010.

Basée sur l’IPAP, Indice du Prix des Assurances de Particuliers, publié régulièrement par le comparateur et fondé sur une analyse de 6M de tarifs, l’étude dévoile quelle a été l’augmentation des tarifs d'assurances en auto, habitation et santé depuis dix ans, et quels ont été les principaux facteurs d’évolution.

  • En assurance auto : +16% de hausse depuis 2010
  • En assurance habitation : +33% de hausse depuis 2010
  • En assurance santé : +39% de hausse depuis 2010

En 2022,  Assurland.com estime que les prix vont rester stables en auto et en habitation, et que le montant des cotisations de complémentaire santé devrait augmenter de 2,5% en moyenne.

1/3. Assurance auto : Après 16% d'augmentation sur dix ans, la stabilité semble de mise

Visuel IPAP Auto Assurland lowsante

Entre 2010 et 2020, 16% d’augmentation pour l’assurance auto

Les années qui précèdent 2009 sont marquées par une politique de renforcement des contrôles sur les routes. Conséquence : moins d'accidents, et donc moins de morts. La sinistralité en baisse conduit les assureurs à modérer leurs tarifs.

À partir de 2010, c'est une tendance tarifaire à la hausse qui opère. Si le nombre d'accidents corporels est en baisse (-33% entre 2010 et 2020), leur coût est en hausse (de 5,7% par an selon la Fédération Française de l’Assurance). D’autre part, les véhicules sont plus sophistiqués et impliquent des réparations plus onéreuses. Les assureurs augmentent leurs tarifs d’année en année pendant cette décennie pour compenser ces facteurs.

Pandémie = coup de frein sur les prix

En 2020, le coup d’arrêt sur les déplacements entraîne une chute de la sinistralité routière. Cette tendance se poursuit encore aujourd’hui avec 8% de personnes décédées en moins sur les routes entre 2021 et 2019 (source Onisr). Par ailleurs, les économies réalisées cette année-là (plus de 2Mds€) conduisent les assureurs à consentir à des offres commerciales : gels des prix ou remises. Des gestes que certains acteurs ont d’ores et déjà renouvelés pour 2022 (Maif, Mutuelle de Poitiers).

2022 : pas d’augmentation en vue

Le coût des réparations automobiles (+6,7% en 2020), facteur de hausse, pourrait être diminué à moyen terme par un recours plus fréquent et encouragé par les assureurs aux pièces de réemploi, et par la fin du monopole des constructeurs sur certaines pièces détachées d’ici 2023.

Le secteur de l’assurance auto est en outre confronté à une pression concurrentielle de plus en plus forte. La loi Hamon, entrée en vigueur en 2015, commence à faire ressentir ses effets. Les assureurs attirent de nouveaux clients avec des offres commerciales attractives. L’assurance auto est un produit d’appel qui réalise peu de marge.

La stabilisation des tarifs de l’assurance auto devrait donc se poursuivre sur l’ensemble de l’année 2022.

2/3. Assurance Habitation : +33% d'augmentation en dix ans, impact des catastrophes naturelles à surveiller

Visuel IPAP MRH Assurland lowsante

Années 2010 : la dérive des coûts

Jusqu’en 2012, les catastrophes climatiques, et plus généralement la dérive du coût des sinistres, gonflent les coûts. À tel point que la branche assurance habitation est déficitaire.

L’absence de catastrophes naturelles en 2012, combinée à la forte hausse des années passées, permet de rétablir l’équilibre économique, malgré certaines dérives sur le petit risque (incendies, dégâts des eaux, vols) que certains attribuent à un moins bon entretien des habitations du fait de la crise économique.

Les années suivantes connaissent des hausses de prix moins importantes. Un coût « normal » des événements climatiques et une augmentation plus modérée des petits risques permettent de freiner l’inflation en assurance habitation.

2017 connaît néanmoins deux facteurs de hausse : comme en auto, une augmentation de la «taxe terrorisme» à 5,90€, et le cyclone Irma, dont le coût est estimé à 2Mds€.

Les événements climatiques : un impact à surveiller

L’année 2020, marquée par des confinements et une incitation au télétravail, a permis de faire économiser 300M€ aux assureurs. Et, comme en auto, on assiste à une pression concurrentielle engendrée par la loi Hamon. Par ailleurs, les fortes augmentations depuis dix ans (+33%) ont rétabli la profitabilité du secteur. Les tarifs affichent donc depuis deux ans un ralentissement en raison de ces différents facteurs. 2022 devrait ainsi rester stable en matière de prix de l’assurance habitation.

Il faudra toutefois surveiller l’impact du dérèglement climatique dans les mois et années à venir. Le coût des sinistres liés au changement climatique pourrait être multiplié par 5 à 6 dans certains départements français d'ici 2050, et les experts s’accordent à dire qu’il serait nécessaire de relever le prélèvement qui abonde le fonds des catastrophes naturelles (actuellement de 12%). Une décision qui pèserait sur le prix des contrats.

3/3. Assurance Santé : Près de 40% d'augmentation sur dix ans, des hausses inéluctables

Visuel IPAP sante Assurland lowref

Flambée des prix dans les années 2010

Dans les années 2010, la hausse des prix est constante et reflète l’augmentation de la consommation de soin et les moindres remboursements de la Sécurité Sociale. En 2011, l’augmentation des cotisations enregistrée par Assurland.com est de 6,1%, la plus forte depuis dix ans. Cette année-là, la taxation des contrats est alourdie (13,27% pour ceux dits responsables et 20,27% pour les autres).

Dans les années qui suivent, la modération des dépenses de santé (+1,8% par an en moyenne depuis dix ans) permet d’entamer un ralentissement de la hausse du prix des mutuelles.  Néanmoins, la consommation de soins et de biens médicaux continue d’augmenter plus vite que l’inflation, du fait du vieillissement de la population et de l’amélioration des technologies médicales. Ces deux facteurs combinés entrainent une augmentation mécanique et inéluctable du prix des mutuelles chaque année.

À compter de 2020, malgré les promesses du gouvernement, la réforme du Reste à Charge Zéro commence à être répercutée sur les contrats. Une hausse un peu plus importante est donc constatée cette année-là (+2,7%) même si l’impact financier de cette mesure est finalement moins important que prévu, en raison du report des soins causé par la crise. Outre ce report de soins, les dépenses liées au Covid sont prises en charge par la Sécurité Sociale. Les acteurs de la complémentaire santé réalisent ainsi 2,6Mds€ d’économies cette année-là. En contrepartie, le Gouvernement leur impose une taxe de 1,5Mds€.

2022, augmentation modérée et renforcement de la concurrence

La résiliation infra-annuelle en santé mise en place au 1er décembre 2020 devrait conduire à modérer les velléités d’augmentations de prix, les assureurs étant attentifs aux pratiques de la concurrence. Un point qui devrait être renforcé par le tableau de 26 exemples de remboursement exprimés en euros effectif au printemps et qui devrait encore faciliter la comparaison des contrats.

En 2022, la hausse des cotisations devrait ainsi s’établir à +2,5% selon les prévisions d’Assurland.com.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.